Poème 'Réponse à un acte d’accusation – Suite' de Victor HUGO dans 'Les Contemplations'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Victor HUGO > Réponse à un acte d’accusation – Suite

Réponse à un acte d’accusation – Suite

Victor HUGO
Recueil : "Les Contemplations"

Car le mot, qu’on le sache, est un être vivant.
La main du songeur vibre et tremble en l’écrivant;
La plume, qui d’une aile allongeait l’envergure,
Frémit sur le papier quand sort cette figure,
Le mot, le terme, type on ne sait d’où venu,
Face de l’invisible, aspect de l’inconnu;
Créé, par qui? forgé, par qui? jailli de l’ombre;
Montant et descendant dans notre tête sombre,
Trouvant toujours le sens comme l’eau le niveau;
Formule des lueurs flottantes du cerveau.
Oui, vous tous, comprenez que les mots sont des choses.
Ils roulent pêle-mêle au gouffre obscur des proses,
Ou font gronder le vers, orageuse forêt.
Du sphinx Esprit Humain le mot sait le secret.
Le mot veut, ne veut pas, accourt, fée ou bacchante,
S’offre, se donne ou fuit; devant Néron qui chante
Ou Charles-Neuf qui rime, il recule hagard;
Tel mot est un sourire, et tel autre un regard;
De quelque mot profond tout homme est le disciple;
Toute force ici-bas à le mot pour multiple;
Moulé sur le cerveau, vif ou lent, grave ou bref,
Le creux du crâne humain lui donne son relief;
La vieille empreinte y reste auprès de la nouvelle;
Ce qu’un mot ne sait pas, un autre le révèle;
Les mots heurtent le front comme l’eau le récif;
Ils fourmillent, ouvrant dans notre esprit pensif
Des griffes ou des mains, et quelques uns des ailes;
Comme en un âtre noir errent des étincelles,
Rêveurs, tristes, joyeux, amers, sinistres, doux,
Sombre peuple, les mots vont et viennent en nous;
Les mots sont les passants mystérieux de l’âme.

Chacun d’eux porte une ombre ou secoue une flamme;
Chacun d’eux du cerveau garde une région;
Pourquoi? c’est que le mot s’appelle Légion;
C’est que chacun, selon l’éclair qui le traverse,
Dans le labeur commun fait une oeuvre diverse;
C’est que de ce troupeau de signes et de sons
Qu’écrivant ou parlant, devant nous nous chassons,
Naissent les cris, les chants, les soupirs, les harangues,
C’est que, présent partout, nain caché sous les langues,
Le mot tient sous ses pieds le globe et l’asservit;
Et, de même que l’homme est l’animal où vit
L’âme, clarté d’en haut par le corps possédée,
C’est que Dieu fait du mot la bête de l’idée.

Le mot fait vibrer tout au fond de nos esprits.
Il remue, en disant: Béatrix, Lycoris,
Dante au Campo-Santo, Virgile au Pausilippe.
De l’océan pensée il est le noir polype.
Quand un livre jaillit d’Eschyle ou de Manou,
Quand saint Jean à Patmos écrit sur son genou,
On voit parmi leurs vers pleins d’hydres et de stryges,
Des mots monstres ramper dans ces oeuvres prodiges.

O main de l’impalpable! ô pouvoir surprenant!
Mets un mot sur un homme, et l’homme frissonnant
Sèche et meurt, pénétré par la force profonde;
Attache un mot vengeur au flanc de tout un monde,
Et le monde, entraînant pavois, glaive, échafaud,
Ses lois, ses moeurs, ses dieux, s’écroule sous le mot.
Cette toute-puissance immense sort des bouches.
La terre est sous les mots comme un champ sous les mouches
Le mot dévore, et rien ne résiste à sa dent.
A son haleine, l’âme et la lumière aidant,
L’obscure énormité lentement s’exfolie.
Il met sa force sombre en ceux que rien ne plie;
Caton a dans les reins cette syllabe: NON.
Tous les grands obstinés, Brutus, Colomb, Zénon,
Ont ce mot flamboyant qui luit sous leur paupière:
ESPÉRANCE! — Il entr’ouvre une bouche de pierre
Dans l’enclos formidable où les morts ont leur lit,
Et voilà que don Juan pétrifié pâlit!
Il fait le marbre spectre, il fait l’homme statue.
Il frappe, il blesse, il marque, il ressuscite, il tue;
Nemrod dit: -Guerre!- alors, du Gange à l’Illissus,
Le fer luit, le sang coule. -Aimez-vous!- dit Jésus.
Et se mot à jamais brille et se réverbère
Dans le vaste univers, sur tous, sur toi, Tibère,
Dans les cieux, sur les fleurs, sur l’homme rajeuni,
Comme le flamboiement d’amour de l’infini!

Quand, aux jours où la terre entr’ouvrait sa corolle,
Le premier homme dit la première parole,
Le mot né de sa lèvre, et que tout entendit,
Rencontra dans les cieux la lumière, et lui dit:
— Ma soeur!

— Envole-toi! plane! sois éternelle!
— Allume l’astre! emplis à jamais la prunelle!
— Échauffe éthers, azurs, sphères, globes ardents!
— Éclaire le dehors, j’éclaire le dedans.
— Tu vas être une vie, et je vais être l’autre.
— Sois la langue de feu, ma soeur, je suis l’apôtre.
— Surgis, effare l’ombre, éblouis l’horizon,
— Sois l’aube; je te vaux, car je suis la raison;
— A toi les yeux, à moi les fronts. O ma soeur blonde,
— Sous le réseau Clarté tu vas saisir le monde;
— Avec tes rayons d’or, tu vas lier entre eux
— Les terres, les soleils, les fleurs, les flots vitreux,
— Les champs, les cieux; et moi, je vais lier les bouches;
— Et sur l’homme, emporté par mille essors farouches,
— Tisser, avec des fils d’harmonie et de jour,
— Pour prendre tous les coeurs, l’immense toile Amour.
— J’existais avant l’âme, Adam n’est pas mon père.
— J’étais même avant toi; tu n’aurais pas pu, lumière,
— Sortir sans moi du gouffre où tout rampe enchaîné;
— Mon nom est FIAT LUX, et je suis ton aîné!-

Oui, tout-puissant! tel est le mot. Fou qui s’en joue!
Quand l’erreur fait un noeud dans l’homme, il le dénoue.
Il est foudre dans l’ombre et ver dans le fruit mûr.
Il sort d’une trompette, il tremble sur un mur,
Et Balthazar chancelle, et Jéricho s’écroule.
Il s’incorpore au peuple, étant lui-même foule.
Il est vie, esprit, germe, ouragan, vertu, feu;
Car le mot, c’est le Verbe, et le Verbe, c’est Dieu.

Jersey, juin 1855.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Langue des noeuds
    -------------------------

    Un noeud est expressif, comme un être vivant ;
    Ainsi vont des Incas les scribes écrivant,
    Ils tissent des romans d'une belle envergure,
    Ou des livres matheux aux multiples figures.

    Mais d'où ces jolis noeuds sont-ils jadis venus ?
    D'un obscur éleveur, d'un sorcier inconnu ?
    Un jour, qui sait quel jour, ils ont jailli de l'ombre,
    Tordant magiquement le fil clair, le fil sombre.

    Viennent-ils d'un savant, chercheur de haut niveau ?
    Viennent-ils d'un poète au modeste cerveau. ?
    Ils sont, tout simplement, des images des choses
    Pour les traduire en code, et les transcrire en prose.

Rédiger un commentaire

Victor HUGO

Portait de Victor HUGO

Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français, considéré comme l’un des plus importants écrivains romantiques de langue française. Fils d’un général d’Empire souvent... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto