Poème 'Sonnet' de Émile VERHAEREN dans 'Les Bords de la Route'

Sonnet

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Bords de la Route"

Par les pays des soirs, au nord de ma tristesse,
Mous d’automne, le vent se pleure en de la pluie
Et m’angoisse soudain d’une nuée enfuie,
Avec un geste au loin d’âpre scélératesse.

Est-ce la mort qu’annoncerait la prophétesse,
Au fond de ce grand ciel d’octobre où je m’ennuie
- Depuis quel temps ? – à suivre un vol d’oiseaux de suie
Tourner dans l’infini leur si même vitesse ?

Attendre et craindre d’être ! Et voir, en attendant
Toujours le même rêve, en l’air moite et fondant,
Avec ces cormorans de deuil curver des lignes,

Le soir, quand le pêcheur lassé de la douleur,
Celui dont la nuée interprète les signes,
Pêche de la rancune en les bas-fonds du coeur.

Poème préféré des membres

ecnaida a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. "Attendre et craindre d’être ! "

    Ça résume bien des angoisses.

Rédiger un commentaire

Émile VERHAEREN

Portait de Émile VERHAEREN

Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d’Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d’expression française. Dans ses poèmes influencés par le symbolisme, où il pratique le vers libre, sa conscience sociale lui fait évoquer les grandes villes... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto