Poème 'Mag Meld' de ATOS

Mag Meld

ATOS

Elle était entrée dans l’âge des forêts.
Mille routes avaient donné leur parole,
mille hommes,
mille matins.
Ainsi, elle était là,
souterraine du ciel,
antre lignes des fleuves,
céleste de la terre.
Elle était entrée dans cet âge
qui embrassait l’ombre et la grâce des arbres.
Seule, en une immense forêt,
elle offrait pour tout matin
une éternité d’étoiles à la parole des hommes.
Elle avait ce parfum fou qui, de sa flamme,
se donnait d’écrire sa lumière dans une âme.

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Magnifique ! Touchant l'ame et les sens. Merci

  2. Merci Irena ! Amitiés :)

  3. un accent circonflexe sur le e de forêt !

  4. Merci Atos. J'aime beaucoup ce que vous faites. Amitiés.

    Merci pour l'observation Aramis. Simple erreur de frappe. Cordialement.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS