Poème 'Sonnet à mon ami R…' de Félix ARVERS dans 'Mes Heures Perdues'

Sonnet à mon ami R…

Félix ARVERS
Recueil : "Mes Heures Perdues"

J’avais toujours rêvé le bonheur en ménage,
Comme un port où le cœur, trop longtemps agité,
Vient trouver, à la fin d’un long pèlerinage,
Un dernier jour de calme et de sérénité.

Une femme modeste, à peu près de mon âge
Et deux petits enfants jouant à son côté ;
Un cercle peu nombreux d’amis du voisinage,
Et de joyeux propos dans les beaux soirs d’été.

J’abandonnais l’amour à la jeunesse ardente
Je voulais une amie, une âme confidente,
Où cacher mes chagrins, qu’elle seule aurait lus ;

Le ciel m’a donné plus que je n’osais prétendre ;
L’amitié, par le temps, a pris un nom plus tendre,
Et l’amour arriva qu’on ne l’attendait plus.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ambibipède
    ----------------

    L’ambistruthionidé ne vit pas en ménage ;
    De sentiments galants, il n’est pas agité.
    Soi-même s’admirer, tel est son apanage,
    Ça le fait avancer vers la sérénité.

    Quand on lui dit qu’il faut prendre femme, à son âge,
    Il ne fait que lancer des regards de côté ;
    Ils ont tout essayé, les gens du voisinage,
    Cet être reste seul, l’hiver comme l’été.

    Son esprit n’est pas fou, sa chair n’est pas ardente,
    La lune, quelquefois, lui sert de confidente,
    Ce n’est pas un oiseau que l’on prend à la glu.

    Ce sonnet le mentionne, et ne saurait prétendre
    Être une exhortation pour qu’il se montre tendre ;
    Or, pour s’en amuser, ce poème, il l’a lu.

  2. Donjon de gueules
    ---------------------

    Les maîtres du donjon ne font pas leur ménage,
    Je ne vois pas non plus les servants s’agiter.
    Le modeste baron qui tient cet apanage,
    Contemple la poussière avec sérénité.

    Il tient plutôt la forme, en dépit du grand âge,
    Il trouve autour de lui la paix, de tous côtés ;
    Ils s’en va boire avec les gens du voisinage,
    Du vin bien rafraîchi, l’hiver comme l’été.

    Même s’il a perdu son énergie ardente,
    Il garde autour de lui deux ou trois confidentes,
    Servantes au grand coeur qui jadis lui ont plu.

    À dire leur beauté, je ne saurais prétendre
    Je dirai simplement que je les trouve tendres ;
    Et quant à ce poème, elles ne l’ont pas lu.

  3. Brigitte,

    Depuis qu’elle a trouvé son homme de ménage,
    Qui sait parfaitement son plumeau agiter,
    La veuve a délaissé tous ces pèlerinages
    Où elle se rendait pour sa sérénité.

    On peut être sage sans avoir beaucoup d’âge,
    Dans ce domaine aussi l’employé est côté,
    Bien que de ses vingt ans étant au voisinage,
    Ce jeune est aussi mûr qu’une mûre en été.

    L’ancienne est animée d’une passion ardente
    Qui la met à l’écart ; même sa confidente,
    Une proche voisine, elle ne la voit plus.

    Le contraire toujours, elle est à le prétendre,
    Mais à les voir, le soir, s’échanger des mots tendres,
    Qu’ils sont fous amoureux, chaque passant l’a lu.

    .

    https://misquette.wordpress.com/2018/02/07/brigitte/

Rédiger un commentaire

Félix ARVERS

Portait de Félix ARVERS

Alexis-Félix Arvers est un poète et dramaturge français né à Paris le 23 juillet 1806 et décédé dans la même ville le 7 novembre 1850, devant toute sa réputation à son « Sonnet », l’une des pièces poétiques les plus populaires de son siècle. Il était le fils d’un marchand de vins de la... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS