Poème 'Surgite mortui' de Hégésippe MOREAU dans 'Œuvres de Hégésippe Moreau'

Surgite mortui

Hégésippe MOREAU
Recueil : "Œuvres de Hégésippe Moreau"

Couplets chantés à un déjeuner dont tous
les convives avaient tenté ou médité le suicide.

Vous, qui mourez à tout propos
Et six fois par semaine,
Ça reprenez haleine :
Le dimanche est jour de repos.
Sortis de terre
Par un mystère,
Morts, buvons frais : le suicide altère ;
Déjeunons encor, puis mourons…
Mourons de rire, ou bien courons
Nous pendre ailleurs… à des bras blancs et ronds.
Surgite, pour me suivre,
Mortui, qu’on s’enivre ;
Le verre en main, essayons de revivre !

Bien qu’aux mansardes logés tous,
L’Espérance nous reste ;
Habitante céleste,
De plain pied elle entre chez nous,
Sous la tutelle
De l’immortelle
Marchons unis : Encore un jour, dit-elle ;
Demain les roses fleuriront,
Demain les vignes mûriront,
Demain vos Christs du tombeau sortiront,
Surgite, pour me suivre,
Mortui, qu’on s’enivre ;
Le verre en main, essayons de revivre !

Roucoulant d’amour sur un toit,
Vrai cœur de tourterelle,
Quand tu mourais pour elle,
Ami, Claire vivait pour toi :
Magicienne,
Aérienne,
De sa fenêtre elle lorgnait la tienne,
Et par les fentes du volet,
Vers ton front sous le pistolet
De ses doigts blancs un baiser s’envolait.
Surgite, pour me suivre,
Mortui, qu’on s’enivre ;
Le verre en main, essayons de revivre !

Point de blasphèmes : autant vaut
Aboyer à la lune ;
La Gloire et la Fortune
On fait leurs nids d’aigle bien haut ;
Mais en campagne
Sur la montagne,
Jeunes chasseurs, si le sommeil vous gagne,
Qu’au voisin glacé par le vent
Un camarade bon vivant
Tende sa gourde et répète : En avant !
Surgite, pour me suivre,
Mortui, qu’on s’enivre ;
Le verre en main, essayons de revivre !

J’ai quelque droit, vous le sentez,
De prêcher sur ce thème :
J’en suis au quatrième
De mes suicides tentés.
En vain je blâme
Ce siècle infâme ;
En vain cent fois j’ai dit : Partez, mon âme !
Que Dieu seul la pousse dehors ;
Rose y tient : je garde mon corps ;
Ses jolis yeux font revenir les morts.
Surgite, pour me suivre,
Mortui, qu’on s’enivre ;
Le verre en main, essayons de revivre !

Suicide, monstre odieux,
Devant notre eau bénite
Rentre aux enfers bien vite…
Mais il vient et sur nous, grands dieux !
Frelon morose,
Il se repose :
Pour le chasser prenons le schall de Rose.
Les enfants nés dans ce repas
D’une rasade et d’un faux pas
Vivront cent ans, et ne se tueront pas !
Surgite, pour me suivre,
Mortui, qu’on s’enivre ;
Le verre en main, essayons de revivre !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Monstre nocturne
    ------

    Chaque étoile m’angoisse et la lune m’enivre,
    Je brûle d’un désir qui devient dévorant ;
    J’entends mille démons qui s’en vont implorant
    L’improbable pitié d’une idole de cuivre.

    Tel est mon cauchemar, et rien ne m’en délivre,
    Mon corps traîne sa peine et devient transparent ;
    Mon esprit se complaît en songes effarants
    Que vous ne verrez point dans les pages d’un livre.

    Lilith, m’aideras-tu, toi qui fus la première
    À goûter du jardin la sereine lumière ?
    En mon coeur pourras-tu le calme ramener ?

    Anges, vous me parliez sans nulle réticence,
    Mais je ne sais pas qui vous en donna licence,
    Vous qui venez du ciel, et le droit maintenez.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS