Poème 'Un homme est mort' de prpla1

Un homme est mort

prpla1

La lune disparaît ! Les étoiles s’éteignent !
La nuit dans sa noirceur se plonge sur le port
Car, hélas ! le glas sonne au palais de la mort.
C’est l’heure où les crapauds dans les mares se baignent,
Où les chauves-souris s’embrassent en plein vol
Pour se féliciter de voir partir une âme.
Son sang pure et parfait que Dracula réclame
Est, comme en sacrifice, offert dans un grand bol.
Se fait dans le quartier un cri épouvantable:
Le corps d’un homme gît sur le sol rocailleux
Entouré de soldats vilains et audacieux.
« Toi, le politicien, tu te crois imbattable! »
S’exclame l’un d’entre eux, assassin sans égal,
Pointant son arme à feu sur la pauvre dépouille.
« C’est bien le tapageur qu’on cherchait en patrouille. »
Pour ces vautours affreux son corps est un régal.
Dans son maillot troué l’homme reste par terre
Jusqu’au levé du jour, cadavre ensanglanté.
Sur lui est bien écrit le doux mot liberté
Mais le soldat zélé vient de tuer son frère.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS