Poème 'Mon frère je me porte bien…' de Théophile de VIAU dans 'Œuvres poétiques - Première partie'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théophile de VIAU > Mon frère je me porte bien…

Mon frère je me porte bien…

Théophile de VIAU
Recueil : "Œuvres poétiques - Première partie"

Mon frère je me porte bien,
La Muse n’a souci de rien,
J’ai perdu cette humeur profane,
On me souffre au coucher du Roi,
Et Phébus tous les jours chez moi
A des manteaux doublés de panne.

Mon âme incague les destins,
Je fais tous les jours des festins;
On me va tapisser ma chambre,
Tous mes jours sont des mardi-gras,
Et je ne bois point l’hypocras
S’il n’est fait avecque de l’ambre.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Joie de Théophile
    -----------------------

    Théophile, dis-moi, tes affaires vont bien !
    Nous voyons que le roi ne te refuse rien,
    Que tu passes ton temps dans des plaisirs profanes,
    Tranquille dans la veille et dormant sans effroi
    Bercé du carillon d'un antique beffroi
    Dont l'horloge, jamais, n'a souffert d'une panne.

    Il est ainsi des temps préservés du destin
    Où le moindre repas se présente en festin ;
    Où l'on prend du plaisir dans de bonnes cambuses,
    Ventre comme en aurait un chanoine bien gras.
    Face à tant de bonheur, tu n'es pas un ingrat :
    Tu fais de jolis chants, que t'inspire ta muse.

Rédiger un commentaire

Théophile de VIAU

Portait de Théophile de VIAU

Théophile de Viau, né entre mars et mai 1590 à Clairac et mort le 25 septembre 1626 à Paris, est un poète et dramaturge français. Poète le plus lu au XVIIe siècle, il sera oublié suite aux critiques des Classiques, avant d’être redécouvert par Théophile Gautier. Depuis le XXe siècle, Théophile de Viau est défini... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto