Poème 'Vizir' de Superstello

Vizir

Superstello

La mousse recouvrait des vestiges bénins
J’ai pas de plume à mon chapeau
Les douves baignées par le plus bleu des destops
Le mot de passe le mot le mot de passe hôtel hôtel
Bordel si j’avais su baisser les ponts-levis
J’aurais peut-être pas mis les mêmes chaussettes qu’hier

Une armée de sèche-linge qui tournaient à vide
Au bout d’un lavomatic
Blanc comme un fjord
Et j’ai numéroté de 1 à 49
Les grandes décisions que je pourrais prendre
Ça fait un sale bruit dans le tambour
Comme un héraut en formation

Alors j’arrête un cycle court
Insert coin un euro dix minutes de loterie
Bordel si j’avais su un peu lécher les ponts
Lavis à la population

Poème préféré des membres

jpb01 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ce que je reproche souvent à ce site, c'est de manquer de poèmes sur les lavomatiques. Aimée Césaire et René Char, semble-t-il, ont dédaigné ce sujet (autant dire qu'ils n'ont rien compris). Francis Ponge a chanté la Lessiveuse et le Savon, malheureusement il n'est pas ici. Pas plus que la Complainte des caleçons de Desnos.

    Donc merci.

Rédiger un commentaire

Superstello

Image de Superstello

Nom : non renseigné

Prénom : non renseigné

Naissance : non renseigné

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS