Poème 'Le français (pour nos amis québécois)' de Bernard DIMEY dans 'Le milieu de la nuit'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Bernard DIMEY > Le français (pour nos amis québécois)

Le français (pour nos amis québécois)

Bernard DIMEY
Recueil : "Le milieu de la nuit"

Moi qui vis à Paris depuis plus de vingt ans,
Qui suis né quelque part au coeur de la Champagne,
Jusqu’à ces temps derniers je m’estimais content,
Mais tout est bien fini, la panique me gagne.

Quand je lève mes yeux sur les murs de ma ville,
Moi qui n’ai jamais su plus de trois mots d’anglais,
Je dois parler par gestes… et c’est bien difficile…
Alors je viens chez vous retrouver le français.

Mes amis pour un rien se font faire des check-up,
Moi je me porte bien, j’en rigole de confiance,
J’écoute des longs playings le soir sur mon pick-up ;
Des rockmen, des crooners, y en a pas mal en France.

Et j’bouffe des mixed-up grills, des pommes chips à gogo,
Alors que j’aim’rais tant manger des pommes de terre
Avec des p’tits bouts d’foie et des p’tits bouts d’gigot,
Mais pour ça c’est fini, il faudra bien s’y faire.

On boit des lemon dry dans les snack-bars du coin,
En plein coeur de Paris ça me fait mal au ventre,
Et l’odeur des hot-dogs j’la sens v’nir de si loin
Que mon coeur se soulève aussitôt que j’y rentre.

Et l’on fait du footing, du shopping, des plannings,
De quoi décourager mêm’ la reine d’Angleterre.
Ma femme la s’main’ dernière s’est fait faire un lifting,
J’ai fait du happening pour passer ma colère.

Mais ça peut plus durer, j’peux plus vivre comm’ ça,
J’aime le vieux langage que parlaient mes ancêtres.
Je vous jure que chez nous il s’en va pas à pas
Tant pis pour nos enfants, ils s’y feront peut-être,

Mais moi je n’m’y fais pas, alors j’ai pris l’avion,
J’ai salué Paris du haut de ma nacelle,
Je suis venu chez vous chercher avec passion
Au bord du Saint-Laurent ma langue maternelle.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Une langue véhicule une culture , et l'enrichir de mots venus d'ailleurs , qui n'ont pas leur équivalence , c'est , à la fois l'enrichir, ainsi que sa culture .
    Mais se laisser submerger, par manque de vigilance ou, et surtout , par snobisme , de mots qui n'ont pas lieu d'être , ( pourquoi dire " best of " au lieu de " florilège ", ou " en live" plutôt que " en direct ".... ! ) , c'est , insidieusement , perdre sa langue et , donc son identité .
    Et ce qui était vrai quand Dimey a écrit ce poème, dans les années 70 , l'est bien davantage aujourd'hui .
    Du 18 ème siècle jusqu'au début du 20 ème , la langue internationale de la diplomatie était le français ,dont la richesse permet toutes les "subtilités" . L'allemand , surtout ,et l'anglais, étaient le langage de la guerre , du conflit .
    Faut-il voir une corrélation avec le fait qu'il n'y a jamais eu autant de conflits , d’agressivité , de par le monde ?
    Tout cela ne pouvait que trouver un écho chez Dimey , ce doux rêveur , pourtant étonnamment lucide !
    Quant à mes favoris , TOUT Dimey y figure en bonne place !!!

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS