Poème 'Absence' de EricVOLAT

Absence

EricVOLAT

Comme un cri familier, discrète est ma souffrance
Je vis le journalier, malgré cette carence
Chaque jour j’expire de ne plus respirer
Plus long, plus loin, courir ne peut me libérer

Le temps n’a plus le temps
Le temps de m’apaiser

Un grand froid est entré, au cœur de l’existence
Laissant mon cœur prostré, vivant en pénitence
Mes yeux se ferment et mon regard s’éteint
Ma course s’enferme dans un pas incertain

Le temps n’a plus le temps
Le temps de m’apaiser

Parfois, je perds le fil fragile de ma vie
Je voile mon profil d’une image servie
Mon souffle diminue, mais je cache mes maux
Ma fuite continue, sans prononcer un mot

Le temps n’a plus le temps
Le temps de m’apaiser

Déjà, ma voix faiblit, il faut que tu l’entendes
Un jour viendra l’oubli, il faut que tu attendes
Absence magnifiée d’un esprit tourmenté
Ma course s’est brisée, mon cœur va s’arrêter

Le temps n’a plus le temps
Le temps de m’apaiser

Poème préféré des membres

guillaumePrevel et Moun ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS