Poème 'Ballade de la grosse Margot' de François VILLON dans 'Le testament'

Ballade de la grosse Margot

François VILLON
Recueil : "Le testament"

Se j’aime et sers la belle de bon hait.
M’en devez-vous tenir ne vil ne sot ?
Elle a en soi des biens à fin souhait.
Pour son amour ceins bouclier et passot ;
Quand viennent gens, je cours et happe un pot,
Au vin m’en vois, sans démener grand bruit ;
Je leur tends eau, fromage, pain et fruit.
S’ils payent bien, je leur dis que  » bien stat ;
Retournez ci, quand vous serez en ruit,
En ce bordeau où tenons notre état.  »

Mais adoncques il y a grand déhait
Quand sans argent s’en vient coucher Margot ;
Voir ne la puis, mon coeur à mort la hait.
Sa robe prends, demi-ceint et surcot,
Si lui jure qu’il tendra pour l’écot.
Par les côtés se prend cet Antéchrist,
Crie et jure par la mort Jésus-Christ
Que non fera. Lors empoigne un éclat ;
Dessus son nez lui en fais un écrit,
En ce bordeau où tenons notre état.

Puis paix se fait et me fait un gros pet,
Plus enflé qu’un velimeux escarbot.
Riant, m’assied son poing sur mon sommet,
 » Go ! go !  » me dit, et me fiert le jambot.
Tous deux ivres, dormons comme un sabot.
Et au réveil, quand le ventre lui bruit,
Monte sur moi que ne gâte son fruit.
Sous elle geins, plus qu’un ais me fais plat,
De paillarder tout elle me détruit,
En ce bordeau où tenons notre état.

Vente, grêle, gèle, j’ai mon pain cuit.
Ie suis paillard, la paillarde me suit.
Lequel vaut mieux ? Chacun bien s’entresuit.
L’un l’autre vaut ; c’est à mau rat mau chat.
Ordure aimons, ordure nous assuit ;
Nous défuyons honneur, il nous défuit,
En ce bordeau où tenons notre état.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Si j'apprecye les breves de comptoyr,
    M’en devez-vous porter reproche ou blasme ?
    Les breves sont recreatyon de l'asme,
    Pouvant aussy luy servir de miroyr.
    Plusyeurs buveurs en eschangent le soyr
    Et fort avant dans la brumeuse nuyt,
    De leur genye un agreable fruyt,
    De leur sottyse un sincere constat.
    Le ryre vyent, la trystesse s'enfuyt
    En ce bistreau ou tenons notre estat. »

Rédiger un commentaire

François VILLON

Portait de François VILLON

François de Montcorbier dit Villon, né en 1431 à Paris, disparu en 1463, est un poète français de la fin du Moyen Âge. Il est probablement l’auteur français le plus connu de cette période. Les romantiques en firent le précurseur des poètes maudits. Le poète choisira son pseudonyme à partir du nom du chanoine Guillaume Villon,... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto