Poème 'Béranger' de Hégésippe MOREAU dans 'Œuvres de Hégésippe Moreau'

Béranger

Hégésippe MOREAU
Recueil : "Œuvres de Hégésippe Moreau"

La Liberté chez nous se réfugie ;
Joyeux buveurs, à table et loin du jour,
Que Béranger, pour terminer l’orgie,
De ses refrains nous enivre à son tour.
Chargé de gloire et d’injures nouvelles,
Des bras d’un peuple il tombe dans les fers ;
Il est captif, mais sa muse a des ailes :
Tout bas, tout bas, amis, chantons ses vers !

Quand tour à tour au pied de nos trophées,
Les rois tombaient, implorant leur pardon,
De son berceau, que balançaient les fées,
Il s’élança, réveillé par un nom…
Ce nom sacré, qu’il n’a pu désapprendre,
Est maintenant proscrit dans l’univers ;
Béranger seul ose le faire entendre :
Tout bas, tout bas, amis, chantons ses vers !

Frondant l’abus de la victoire même,
Au roi des rois il n’a sacrifié

Que sur sa tombe, et quand du diadème
Par le malheur il fut purifié.
Le vieux soldat, dont il sèche les larmes,
Brûlant encor de souvenirs bien chers,
Semble écouter si l’on appelle aux armes :
Tout bas, tout bas, amis, chantons ses vers !

Qu’ai-je osé dire ? Ah ! je sens que ma muse,
Rebelle aussi, déraisonne en buvant :
Comme le vin, qui sera mon excuse,
La poésie enivre bien souvent ;
Mais aujourd’hui, quand Thémis au poëte
Fait expier des sarcasmes amers,
Pour les venger, la France les répète :
Tout bas, tout bas, amis, chantons ses vers !

On l’a frappé dans sa noble misère ;
Il faut de l’or, et je n’ai que des pleurs :
Jeune soldat, quêtant pour Bélisaire,
Ma voix du moins attendrira les cœurs.
Qui ne voudrait, bravant la tyrannie,
Payer sa gloire au prix de ses revers ?
Enflammons-nous aux rayons du génie :
Tout bas, tout bas, amis, chantons ses vers !

1828.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS