Poème 'Cardiogramme' de Zoe

Cardiogramme

Zoe

La poésie comme un grondement d’orage,
La poésie emmitouflée dans un ciel d’orage,
Et sa rumeur, acéphale, perdue dans les limbes
L’éclat rémanent, l’humilité d’une terre au repos
Ouverte en son sein, la « prose du monde »
Par le milieu, qui résonne, oscille du fracas
Inouï des guerres,
L’entrelacs sanglant du poète et du chien de guerre,
L’amour lové dans ses méandres,
La tristesse des poètes, la pauvreté des poètes
Abondent de ce grondement d’orage
Un souffle d’étoiles, ce serpent à deux têtes !

Poème préféré des membres

FAB a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Très très bel hommage à la poésie, qui est à la fois douceur & douleur ! lyrisme & cynisme !
    Et là, juste au milieu, comme au creux d'une mère : "l'amour lové" et "les poètes" ...
    Merci merci merci !!!

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS