Poème 'Choses fatales' de Georges RODENBACH dans 'La Jeunesse blanche'

Choses fatales

Georges RODENBACH
Recueil : "La Jeunesse blanche"

L’ai-je jamais aimée ou n’est-ce qu’un léger
Caprice qui m’a fait un moment fleurir l’âme ?
Ainsi dans les jardins, sous le soleil en flamme,
Les floraisons d’avril que le vent fait neiger.

Est-ce elle que j’aimais ou l’amour ? Que m’importe,
Si j’ai senti mon cœur pavoisé d’un drapeau,
Si j’ai pendant un jour trouvé le ciel plus beau
Et joui des chansons qu’on chantait à ma porte !

L’Âme est un palais noir où l’on va tâtonnant,
Où, sans rien pénétrer, on s’ignore soi-même ;
Est-ce qu’on sait qu’on croit ? Est-ce qu’on sait qu’on aime ?

Sur le plateau sans fleurs où je suis maintenant,
Je songe en revoyant la montagne gravie :
Est-ce qu’on vit son rêve, ou rêve-t-on sa vie ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Trois penseurs vêtus d’écailles Pays de Poésie 20-10-15
    ------------------------------------

    Le poisson du passé tient un discours léger,
    Il dit que rien ne vaut qu’on s’en tourmente l’âme ;
    Car les cendres jamais ne redeviennent flammes,
    Ni les neiges d’antan ne reviennent neiger.

    Le poisson du présent veut nous faire songer
    Aux boulevards, où sont de si charmantes dames,
    Aux affaires du jour, aux choses qui se trament,
    Au monde dans lequel notre corps est plongé.

    Le poisson du futur a de merveilleux thèmes,
    Des récits bien construits, on dirait des poèmes,
    Cependant, par instants, je le sens tâtonnant.

    Poissons, ne parlez plus. La montagne est gravie,
    C’est sur un froid plateau que se poursuit ma vie ;
    Poissons, qu’ai-je besoin de vos mots, maintenant ?

  2. Oiseau du marécage
    -------------------------

    Ce petit échassier marche d’un pied léger,
    Bien fragile est son corps et bien frêle son âme ;
    Jamais, tel un phénix, il n’allume de flammes,
    Cet oiseau tremblotant quand il vient à neiger.

    Il est, heureusement, capable de songer
    À des fleurs inconnues, à de charmantes dames,
    Aux insectes du jour, aux toiles qui se trament,
    Au marais dans lequel son plumage est plongé.

    Quand j’hésite à rimer, il me fournit un thème,
    D’ailleurs, son cri d’appel est comme un bref poème,
    Un mot bouleversant, un verset tâtonnant.

    Oiseau, ne parle plus. Que ton âme ravie,
    Contemple maintenant la douceur de ta vie ;
    Oiseau, qu’as-tu besoin de chanter, maintenant ?

Rédiger un commentaire

Georges RODENBACH

Portait de Georges RODENBACH

Georges Rodenbach (né le 16 juillet 1855 à Tournai et mort le 25 décembre 1898 à Paris) était un poète symboliste et un romancier belge de la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille bourgeoise d’origine allemande – son père, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, est vérificateur des poids et mesures ;... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto