Poème 'Enfer et Paradis' de EvilFranck

Enfer et Paradis

EvilFranck

Si vous me le demandiez,
je pourrai vous dire à quoi ressemble l’Enfer.
Pourquoi puis-je le faire?
Car j’y suis aujourd’hui bloqué.

L’Enfer est un endroit semblable à la banquise,
il y fait très froid, il y souffle un vent plus violant qu’une bise.
L’endroit est plat, aucun lieu où s’abriter.
Impossible de se cacher.

Contrairement à l’image biblique,
aucune flamme, seul ce froid qui pique.
Il n’y a personne,
le bruit du vent glacial y résonne.

Si vous me le demandiez,
je pourrai vous dire à quoi ressemble le Paradis.
Je l’ai vus, je vous le dis,
une nuit, je l’ai rêvé.

Le Paradis, c’est un matin,
le réveil de bonne heure sonne.
Dans notre lit, nous sommes,
Nous nous levons et vers la fenêtre nous allons, main dans la main.

Tu me souris et devant la fenêtre, tu te places,
me voilà derrière toi.
Dans mes bras je t’enlaces,
ce moment là, n’appartient qu’a toi et moi.

De l’odeur de ta peau, je fais l’ivresse,
je te couvre de baisers et caresses.
La douceur de tes cheveux,
cette lueur dans tes yeux, rien ne me rends plus heureux.

Tout deux, devant cette fenêtre, nous regardons se lever le soleil,
comme un spectacle, rien que pour nous et là sonne le réveil.
Me revoilà en Enfer, si ce n’était qu’un rêve, alors ce rêve est ma réalité,
J’espère tant t’y retrouvée.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS