Poème 'Ethernidé' de ori

Ethernidé

ori

Pieds dans la boue,
Tête dans les astres,
Ne jamais oublier ce fil ténu,
Qui sera à jamais celui de l’existence.
Suis cent mille lieux sous l’amer,
Ma vie coule et je la perds.

Etre de sable, le vent t’égrène,
Au grès de ses souffles.
Je sens, le sent, me renvoyer
A l’état de multitudes de grains,
Eparpillés dans l’espace,
Jusqu’au dernier cristal qui
S’enfuira dans un songe éternel.
Suis cent mille lieux sous l’amer,
Ma vie coule et je la perds.

Lame qui pénètre au profond,
L’âme se perd dans ses tréfonds.
La sève s’enfuit dans ses racines,
Préservation de l’essence de vie,
Pour une dormance salutaire.
Suis cent mille lieux sous l’amer,
Ma vie coule et je la perds.

Sourde violence qui teinte les humeurs,
Rions jaune, pleurons vert,
Plaie ouverte qui jamais ne se refermera,
Identique à l’endroit d’où tu viens.
Suis cent mille lieux sous l’amer,
Ma vie coule et je la perds.

Pourtant, pourtant, pourtant
Il y a longtemps, longtemps,
Pendant une seconde, je fus immortel

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

ori

Image de ori

Nom : ORI

Prénom : non renseigné

Naissance : 29/07/1962

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS