Poème 'Rectiligne' de ATOS

Rectiligne

ATOS

Il y a péril où je demeure
Ligne droite
Tracé plat
Arme blanche
Larme noire
Et si tout cela n’était que rien
S’il suffisait d’en prendre le chemin.
Encore un pas en dehors de soi
En dehors de tout ce qui ne viendra pas
L’avant, l’après seront effacés, lessivés.
Et le présent pantelant rendrait raison a toute passion
Oublier les mercis, les oublis, les survies.
Les deals trop faciles
Effacer les farces et les outrages.
Signer une fin
Ne plus singer l’entrain
Garder silence.
Il y a péril si je demeure
Ligne droite
Tracé plat
Larme blanche
Faire comme si rien n’était arrivé
Comme si rien de devait recommencer
Enflammer une nouvelle aube
Faire le grand bond à rien.
Overdose du vivre.
Arracher l’aubier de son être
Immoler tout peut être.
Ligne droite
Tracé plat
Ligne blanche
Il y a péril
Dès la première heure.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS