Poème 'La Nuit vient…' de Georges RODENBACH dans 'La Jeunesse blanche'

La Nuit vient…

Georges RODENBACH
Recueil : "La Jeunesse blanche"

La nuit vient, le couchant s’éteint comme un grand âtre,
Le feuillage qui mue est moins vert que bleuâtre ;
Et tel arbre, qui sous trop de soleil pliait,
Cligne des feuilles, bouge, et s’avoue inquiet
En un frémissement de douleur musicale.
Entre les rameaux drus le couchant s’intercale
Et met des fonds de rose ancien, de gris cendré
Où le soleil éteint survit, comme filtré,
Et langoureusement dans l’arbre persévère,
Interstices en feu, comme peints sur du verre ;
Et l’arbre, dans le soir, s’offre, délimité,
L’air d’un vitrail où tombe un jour d’éternité.

1891

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Georges RODENBACH

Portait de Georges RODENBACH

Georges Rodenbach (né le 16 juillet 1855 à Tournai et mort le 25 décembre 1898 à Paris) était un poète symboliste et un romancier belge de la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille bourgeoise d’origine allemande – son père, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, est vérificateur des poids et mesures ;... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto