Poème 'Le coup de grâce' de prpla1

Le coup de grâce

prpla1

Le coup de grâce tombe à l’instar du rideau
Marquant le dernier acte assombri d’une scène.
L’homme tenu captif offre l’âme en cadeau
Àu Maître des enfers pour alléger sa peine.

Il marche lentement vers l’avide bourreau
Comme un fier toréro le ferait dans l’arène
Attendant le rebond d’un furieux taureau.
Ses pauvres yeux bandés, sur l’autel on l’amène.

Ignorant que l’enfer n’est pas un lieu nouveau,
Plutôt une autre vie, aussi mauvaise et pleine
De tourments, de douleurs et qui n’a rien de beau,
il dit son dernier mot, poussant un cri : Géhenne!

Il serre fermement les yeux sous le bandeau
Pour mieux cacher sa peur, son amour ou sa haine
Et se débarrasser de la chair, son fardeau.
Pressant la bouche fort, il retient son haleine.

Genre d’exécution ? Il est mis au poteau.
Au lieu de guillotine, autre façon vilaine :
Il reçoit d’un soldat une balle au cerveau,
Deux autres dans le cœur pour une cause vaine.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS