Poème 'Le Navire' de Émile VERHAEREN dans 'Les rythmes souverains'

Le Navire

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les rythmes souverains"

Nous avancions, tranquillement, sous les étoiles ;
La lune oblique errait autour du vaisseau clair,
Et l’étagement blanc des vergues et des voiles
Projetait sa grande ombre au large sur la mer.

La froide pureté de la nuit embrasée
Scintillait dans l’espace et frissonnait sur l’eau ;
On voyait circuler la grande Ourse et Persée
Comme en des cirques d’ombre éclatante, là-haut.

Dans le mât d’artimon et le mât de misaine,
De l’arrière à l’avant où se dardaient les feux,
Des ordres, nets et continus comme des chaînes,
Se transmettaient soudain et se nouaient entre eux.

Chaque geste servait à quelque autre plus large
Et lui vouait l’instant de son utile ardeur,
Et La vague portant la carène et sa charge
Leur donnait pour support sa lucide splendeur.

La belle immensité exaltait la gabarre,
Dont l’étrave marquait les flots d’un long chemin.
L’homme qui maintenait à contrevent la barre
Sentait vibrer tout le navire entre ses mains.

Il tanguait sur l’effroi, la mort et les abîmes,
D’accord avec chaque astre et chaque volonté,
Et, maîtrisant ainsi les forces unanimes,
Semblait dompter et s’asservir l’éternité.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Nef grandiose
    ----------

    Nous étions vingt marins sur la nef de fierté,
    Bravant le calme plat par temps de canicule ;
    Le Seigneur Cachalot nous trouva ridicules,
    Ce qui, je le confesse, était bien mérité.

    Nous étions vingt rêveurs épris d’éternité,
    Emportés par Chronos qui jamais ne recule ;
    Et certes point de ceux qui leur route calculent,
    Mais errant au hasard des lieux inhabités.

    Face à l’adversité, nous restions impassibles,
    Mais notre coeur, pourtant, n’était pas insensible,
    Qui de cet Univers admirait la grandeur.

    Or, je ne sais pas quand nous reviendrons à terre :
    Comment abandonner cette nef de splendeur ?
    Se perdre sur les eaux, rien n’est plus salutaire.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS