Poème 'Éloge du Sommeil' de Jean de LA FONTAINE dans 'Le Songe de Vaux'

Éloge du Sommeil

Jean de LA FONTAINE
Recueil : "Le Songe de Vaux"

Sous les lambris moussus de ce sombre palais,
Écho ne répond point, et semble être assoupie :
La molle Oisiveté, sur le seuil accroupie,
N’en bouge nuit et jour, et fait qu’aux environs
Jamais le chant des coqs, ni le bruit des clairons,
Ne viennent au travail inviter la Nature ;
Un ruisseau coule auprès, et forme un doux murmure.
Les simples dédiés au dieu de ce séjour
Sont les seules moissons qu’on cultive à l’entour.
De leurs fleurs en tout temps sa demeure est semée.
Il a presque toujours la paupière fermée.
Je le trouvai dormant sur un lit de pavots ;
Les Songes l’entouraient sans troubler son repos.
De fantômes divers une cour mensongère,
Vains et frêles enfants d’une vapeur légère,
Troupe qui sait charmer le plus profond ennui,
Prête aux ordres du dieu, volait autour de lui.
Là, cent figures d’air en leurs moules gardées,
Là, des biens et des maux les légères idées,
Prévenant nos destins, trompant notre désir,
Formaient des magasins de peine ou de plaisir.
Je regardais sortir et rentrer ces merveilles
Telles vont au butin les nombreuses abeilles,
Et tel, dans un État de fourmis composé,
Le peuple rentre et sort en cent parts divisé.
Confus, je m’écriai :  » Toi que chacun réclame,
Sommeil, je ne viens pas t’implorer dans ma flamme ;
Conte à d’autres que moi ces mensonges charmants
Dont tu flattes les voeux des crédules amants ;
Les merveilles de Vaux me tiendront lieu d’Aminte :
Fait que par ces démons leur beauté me soit peinte.
Tu sais que j’ai toujours honoré tes autels ;
Je t’offre plus d’encens que pas un des mortels :
Doux Sommeil, rends-toi donc à ma juste prière.  »
A ces mots, je lui vis entr’ouvrir la paupière ;
Et, refermant les yeux presque au même moment
 » Contentez ce mortel « , dit-il languissamment.
Tout ce peuple obéit sans tarder davantage
Des merveilles de Vaux ils m’offrirent l’image ;
Comme marbres taillés leur troupe s’entassa ;
En colonne aussitôt celui-ci se plaça ;
Celui-là chapiteau vint s’offrir à ma vue ;
L’un se fit piédestal, l’autre se fit statue :
Artisans qui peu chers, mais qui prompts et subtils,
N’ont besoin pour bâtir de marbre ni d’outils,
Font croître en un moment des fleurs et des ombrages,
Et, sans l’aide du temps, composent leurs ouvrages.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La substance du rêve est celle d'origine,
    Mais de l'autre côté d'un étrange miroir
    C'est une autre substance, et je ne peux la voir,
    Pourtant, à mon réveil, parfois je l'imagine.

    Est-ce un miroir, ou bien, un tunnel, un couloir ?
    Serait-ce l'intérieur d'une sombre machine ?
    C'est noir comme serait un flot d'encre de Chine,
    Pas moyen de trouver quel nom ça peut avoir.

    C'est peut-être de l'eau, mais peut-on s'y plonger ?
    Est-ce froid, est-ce chaud, quels en sont les dangers ?
    Est-ce un milieu poreux, est-ce une chose abstraite ?

    Y parvenir serait un aboutissement...
    Non par la progression, mais par un glissement ?
    Y passer désormais sa paisible retraite ?

Rédiger un commentaire

Jean de LA FONTAINE

Portait de Jean de LA FONTAINE

Jean de La Fontaine, né le 8 juillet 1621 à Château-Thierry, est un poète français de la période classique dont l’histoire littéraire retient essentiellement « les Fables » et dans une moindre mesure les contes licencieux. On lui doit cependant des poèmes divers, des pièces de théâtre et des livrets... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto