Poème 'Les chameaux blatèrent, la caravane passe' de papillondelabrise

Accueil > Les membres > Page de poésie de papillondelabrise > Les chameaux blatèrent, la caravane passe

Les chameaux blatèrent, la caravane passe

papillondelabrise

ES CHAMEAUX BLATERENT; LA CARAVANE PASSE

Devinette pour commencer : le problème du chameau à la racine

Le chameau, se ramasse-t-il des gamelles (ou des « guimels ») à cause de ses bosses ou a-t-il des bosses à cause d’elles ? A cause du gel d’ici ou de sa djellaba ? C’est toujours le problème de l’œuf et de la poule ou des rayures noires sur fond blanc du zèbre et vice versa, zébri zébra : on n’en connaît pas l’alpha mais que ceci n’empêche pas de prendre le taureau par les cornes et ce problème à la racine !
Si le « c » du chameau est bel et bien une bosse de chameau renversée et si le chameau a deux bosses contrairement au dromadaire qui n’en a qu’une, alors on devrait écrire le mot chameau avec deux « c » au lieu d’un seul : cchameau, ce qui n’est pas très beau, il faut bien l’avouer. Logiquement donc, le mot chameau avec un « c » ne serait qu’un dromadaire et sans « c » le chameau devient « hameau », une habitation, une « beth » domestique : ce n’est pas plus bêta que cela. Mais qui serait assez insensé pour habiter un chameau sans « c» ?

Puisqu’on en est dans les problèmes d’étymologie et à supposer que l’on ait aspiré son « h » afin qu’il ne se blesse et qu’il ait aspiré son « au » lui-même, pourquoi ne pas supposer que l’arbre à cames découle de l’arbre à chameaux ? Encore une histoire de loup et de phoque…

Souvent chameaux varient bien bosse qui s’y fie
Il en va des chameaux comme il va de la soie
Il y en a de toutes les sortes à l’envi
Il en va des chameaux comme il en va de la vie
Il y en a de toutes les sortes à l’envoi
Des bons et des meilleurs, des mauvais et des pis

Souvent Charmovari bien Emma qui s’y lie
Mariage malheureux nécessité fait loi
Il y en a de toutes les sortes en burka
Souvent samovar varie bien bol qui s’y tee

Le chameau épanche autant sa soif qu’il l’étanche
Ses bosses en carence cahin cahots balancent
Par la curiosité, badins badauds s’avancent
Elles ont l’air de deux manches d’un tricot qui se penchent

Quel look ont ces chamelles avec leurs mamelouks
Les chamelles ont un fameux look
Quand se promènent avec Mamelouks
Achètent des Camels sur les souks
Que l’on fume à pleines bouckes

Mon chameau, il a quatre gosses
4 gosses à mon chameau
S’il n’avait pas quatre gosses
Ce n’serait pas mon chameau !

Un chameau erre dans le désert
Celui-ci a bu trop de madère
Confond les chamelles du désert
Avec les gamelles de desserts !

Son cousin le chameau
De son fin chalumeau
Grillaient des chamalos
A l’aide de braseros

cinéchameaugrave

Chemin faisant rencontre Groucho
Qui lui donne ses énormes lunettes !
Notre chameau est tout à la fête
Chico, Harpo, Zeppo, sur son dos !

Chemin faisant rencontre Charcot
Celui-ci s’empresse de soigner
Ses troubles de personnalité
C’est-ce qu’on dit quand on est barjot…

Chemin faisant rencontre Charlot
Qui lui donne sa canne et son chapeau
Notre chameau y va tout de go
En Charlot il est très rigolo!

Les sangles longues
Des chamelons
Anatoles
Blessent, rancœur
D’une vigueur
Monocorde(s)
Tout blatérant
Quand Se levant
Les sonneurs
Dès le matin
Avec les chiens
En sueur

La chamelle du Sieur Lancelot
Porte une hotte en forme de motte
Qui est remplie de Camelote
De flotte destinée à un hôte polyglotte
Que le Sieur Lancelot doit donner à un pote

Il altère les mots : ce sont là ses grands maux
Surtout quand il blatère il cabosse des mots,
Quand la blatière blesse il jure ses grands mots
Il déblatère alors contre l’alter ego

Le chameau Hercule fait des haltères
Avec ses bosses. Tout le monde l’envie !
Pour épater la galerie ébahie
Il jongle de ses trapèzes de fer

Mais s’il advient une forte chaleur
Ce sera sans conteste son malheur
Ni bosses ni gosses pour regarder
Il n’a alors que l’essieu pour pleurer

Le chameau est le vaisseau du désert
Il mange dans sa vasque ou sa gamelle
Il fait à lui seul le tour de la Terre
Il a fait construire 4 tourelles
Pour surveiller les voleurs de desserts
Et pour jouer à la marelle
Avec son harem de chamelles

Entre ses bosses, à cause du trou d’air,
On a le mal de mer: c’est un trauma d’air!

Thé au harem d’Ali Baba:

Faire passer un chameau effilé -fut-il sympathique et chafouin- à travers le chas d’une aiguille, c’est déjà tout un foin ! Autant chercher une aiguille dans une botte de sainfoin ! Mais placer un défilé de chameaux dans un chai, c’est un vrai problème symplectique. Autant chercher une anguille dans une motte…de loin!

Chapeau melon et bosses de cuir

Un chamelon en chapeau melon
J’ai oublié si c’était Léon
Vidait goulûment son gamelon
Tout en chantonnant la Madelon

Viennent à passer des bosses de cuir
De celles qui nous font souvent fuir
De celles qui peuvent souvent nuire
Il peut facilement vous en cuire…

Le chamailleur de force

Ce travailleur de force erre de boss en boss
Ce transporteur d’écorces traîne aussi bien sa cosse
Il dit toujours bof à qui mieux mieux
Il faut dire qu’il est très paresseux

Ce transbordeur d’étoupe traîne aussi bien sa bosse
Ce grand marchand d’étoffes traîne aussi bien sa brosse
Pour nettoyer les velours soyeux
Que pour étriller les litigieux

Il gobe les mouches du désert de Gobi
Les pieds dans ses babouches, avachi, assagi
Très à l’aise sans rien mais riche de son art
Il se prend pour Hugo mais aussi pour Mozart !

Le chah-meau camélomane d’Iran

Un chameau à la mine altière
Se prend pour le chah du désert
D’émaux et camées chamarré de pied en cap
Il fait l’admiration des chamelles au ball-trap
Il est sorti de la cuisse de Jupiter
Il gouverne les vizirs et tous les satrapes

Et Ce Grand Chamelan maître des gamelans
De la Terre tout entière et de la cour d’Iran
Fait son Grand Fanfaron dans toutes les fanfares
Du Belgistan, de France mais aussi de Navarre

Mais quand un peu de musique se fait entendre
Sa jambe devient souple et son pas se fait amble
Il danse le chamo doble, le cha cha du désert !
Ce chameau si fier devient bavard et disert

Le chaman du désert

Le chaman ermite traîne sa crosse
Prêche dans le désert et soliloque
Tout en récitant ses patenôtres
À son djinn et à sa vieille rosse

Il traîne ses guenilles et sa coquille
C’est un très joyeux drille en espadrilles
Au milieu des babouins et des mandrills
Des drills qui se promènent en escadrilles

Le chamuisinier ou le pire ami du dessert

S’avance un chameau toqué de la poêle
Il est sourd comme pot, dur du mille-feuilles
Au guide chamelin il vaut deux étoiles
Ainsi prépare-t-il des repas… aux poils !

Dans ses chausses, il transporte des coolies
Le jour et la nuit travaillent pour lui
Ceux-ci lui préparent en catimini
Ses pâtisseries aux délicieux coulis

Chamimarri au Camel Circus !

Le chameau clown circule dans l’arène
S’évertue à faire rire les baleines
Fait aussi rire à bosses déployées
Tous les animaux venus l’écouter

Le clown chameau est vraiment désolé
Car son nœud papillon s’est envolé
De plus il a oublié son chapeau
Dans un recoin de son beau chapiteau

Le chameau clown est vraiment au plus mal
Car son nœud papillon s’est fait la malle
De plus il a oublié son gibus
Dans un petit recoin de son circus

Il a pris chaud sur le ciboulot
Et s’est mis peu à peu à manquer d’eau
Il a fondu comme peau de chagrin
Dans cet état il fait moins le malin !
Quand trop de ses bosses se désaltère
Les vautours accourent du CHR
Et le transportent en dromatologie
Ou au service de dermadrologie

Le docteur est déguisé en clown blanc
C’est du moins ce qu’il croit en le voyant
Le caméliâtre prend son caméloscope
Et sort son diagnostic comme un scoop :

Un état chamélique très préoccupant !
Chamuseau saboté ses « sabots » amochés
Sans parler de sa peau pas de quoi chamoiser
Cachemire camelot : de la camelote
Un vrai cache-misère à faire une pelote
Ce pauvre hère vraiment n’est plus guère amusant

Victor Chahugoteur

Le bossu de Notre Dune du Gobi
Fait les cent pas à la cour des Miracles
Mais se moque bien du charivari
Lorsqu’il est tout en haut de son pinacle

À la Quasimodo sonne ses cloches
Se moque des plaies et des anicroches
Quand il se bat avec des fiers-à-bras
Qui lui cherchent poux et puces dans les bas

Le chamoyageur

C’est le vaisseau du désert
A des gamelles sur le dos
Pour nourrir tous les matelots
Qui voyagent pendus à son trot

Malgré le roulis qui donne le tournis
Le chameau rêve aux mille et une nuits
C’est ainsi qu’il oublie tous ses ennuis
Le voyage est pour lui le bon génie

Chamailleries pour un Chameau claques ou la rixe de la soie

Dans une caravane de la ligne R comme « Roi » ou est-ce « S « comme « Soie », un chapelier se plaint d’un jeune chamelier qui porte un turban bigarré entouré d’un galon tressé : un de ses chameaux de la mer Cassepieds (à moins que ce soit un traître chamelon) lui a chapardé un chapeau de paille d’Italie ainsi qu’un samovar de Varsovie. Le chamelier se fiche bien de ces histoires de chameauvars, de colifichets bizarres et chamarrés qui reviennent sur le Thar ! Il lui teeteelle le samovar à propos d‘un mouton de part déçue qui filait un mauvais coton. Aie Aie Aie ça va faire maille sur l’Altaï et dans les caravansérails ! Il va y avoir du ramdam dans le désert de Gobi et du rififi au Taklamakan! « Les coiffures hurluberlu m’ont fort divertie. Il y en a que l’on voudrait souffleter ». (Madame de Saigne-du-nez)

Querelle des chapelles et des chamelles en tulles
À tout bout de dune, se chamaillent pour des thunes

Un chameau qui fume la shisha
En plein désert, ça n’existe pas !
Un chameau fuse fissa fissa
En plein dessert, ça ne se peut pas

Il en va des chameaux comme des gens
Dans la vie, ils sont tous très différents
De ce poème fadasse on se lasse
Les chiens aboient, la caravane passe

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

papillondelabrise

Image de papillondelabrise

Nom : dubois

Prénom : arnaud

Naissance : 09/08/1965

Présentation : Si le coeur vous en dit, vous pouvez écouter mes improvisations et voir quelques unes de mes photos à ces adresses...

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS