Poème 'Alligators and co' de papillondelabrise

Alligators and co

papillondelabrise

ALLIGATOR ET ALII DROLES DE DRILLES

Crocomeal

Jambonneaux gambas poules d’eau gru gombo
Crawfishes et chevrettes Ali a les crocs
De pacanes et tac tac Accompagnés
Les bons moments Il faut laisser rouler

Crawfishes et chevrettes Ali a les crocs
Accras de catfish et tartes aux pécans
Gambas poules d’eau jambalaya gombo
Il faut laisser rouler les bons moments

Fou des tourloulous qui lui jouent des tours
Il les dévore toujours comme des petits fours
Ali a tort car c’est un crabe en trop
Qui le rend malade comme un carancro

Pour sa cure alors Ali boit de l’eau
Et pour éliminer fait du vélo

Crocogym

Ali fait des abdos short et maillot marcel
Mais il s’entraîne aussi aux barres parallèles
La tête sur le billot si je n’deviens bosco
Avec mes biscotos durs comme des boscoyos

Préfère aux acrostiches la croco gym
Et faire de l’accro-branche en haut des cimes
Parce qu’il a voulu en faire un peu trop
Il est tombé comme une berlicoco

Et s’est fait un bobo au bobinot
Ça le fait zire qu’on ricasse de lui
Il a envie de fricasser autrui
Quand on rit de lui derrière son paletot

Crocoriche crocodèche

L’alligator est un croco rico
Un drôle de coco drôle de cocodril
Si riche qu’il achète des îles à gogo
Souliers en croco et crocomobiles

Il achète des chars à tire-larigot
Cadillacs racatchas qui n’valent plus un lingot
Ce croco mécano bricolo et habile
Museau dans son hobby ne se fait pas de bile

Il consulte sa gazette : l’échocro deal
Volaille amarille valeur volatile
Quand les cours batifolent c’est le gros lot
Quand les cours s’envolent crie : cocorico

Il est sapé comme un sapeur un peu pompier
Qui se prétend en haut de l’échelle arrivé
Ce gai luron a un splendide galurin
Qui donne fière allure qui l’habille d’un rien

Lunettes en écaille sur le nez il lit
Son tailleur l’habille à sa démesure
Ce milord aime un peu trop les fourrures
My tail is rich c’est ce que dit Ali

Il aime les melons les pantalons mi-longs
En nylon en flanelle Il se vêt de gilets
C’est un croco cossu avec montre à gousset
Complets costumes et cravates son goût en dit long

Il a dans sa mâchoire un énorme cigare
Que lui a offert son fidèle ami Castro
Ce coco aristo a vraiment l’air bizarre
Quand il pique un phare avec une fidèle gastro

Avec son monocle on dirait mon oncle
D’Amérique qui possède plusieurs derricks
Un admirateur de Thelonious Monk
Qui possède plusieurs disques de jazz music

Cocozic Cocozarico

Ali descend le fleuve Mississipi
Accompagné de sa mie Miss Sissi
Une jolie cocodie à cocodindes
Tous deux vont à un bal dont il sont dingues

Avec sa gaienne patte dessus dessous
Se graisse les jarrets au bal du bayou
Ils y retrouvent Bigarno l’escargot
Et son ami crabe s’appelant Costeau

Au sein des maringouins il danse la meringue
A tout berzingue à la paroisse Vermillon
Dans le chahut des chaouis un peu brind’zingues
Et au son des guitares oua oua des ouaouarons

Il arrive parfois que quelque chose coince
Après avoir mangé entre ses grandes dents
Entre ses grandes dents que son ami pluvian
Venu exprès du Nil nettoie de temps en temps

Ali Cador préfère le zarico
C’est une musique aimée des cajuns
Car ils l’écoutent du soir au matin
Il l’écoute dans sa maison z’art déco

Parce qu’il trouve cela plus rigolo
Plus festif que la musique de tango
Qui fait couler avalasse de larmes
Déclenche avalanche de vague à l’âme

De la société il est au zénith De la flotte des sous-bois le phénix

Mais rien ne lui plait tant que la musique
Des derricks foreurs ces grands doryphores
Qui forent la terre en quête de l’or
Qui dort parmi les fossiles jurassiques

C’est un accro du drill « drill coco drill »
Une sacrée fromille qui stocke ses barils
De l’or noir qui coule des plates-formes off shore
Parmi ses fossiles et ses dinosaures

Il ne craint pas les revers de fortune
Ni d’ailleurs les lendemains qui déchantent
Il a placé à la bourse ses thunes
Qui lui rapportent de confortables rentes

Banquet d’affaires sur les îles Caïmans
Bavette caviar alevins et goudale
Il se gave avec son ami gavial
Qui est venu exprès du Pakistan

En guise d’apéritifs grog au rhum, grog au gin
Ils disent aligato en courbant leur échine
Les deux alligators adorent l’aligoté
Ils ne savent plus quoi faire pour pouvoir remercier

Ils troquent l’or du Crocodile de l’Orénoque
Milord guindé à redingote de ragondin
Contre frocs toques en phoque fifrelins et breloques
Frocs en fourrure et poudre de perlimpinpin

Alligators Alii cadors

L’alligator du fleuve Mississipi
Se promène avec sa mie Miss Sissi
L’alligator de l’Alabama
Porte sur la tête un Panama
Quant au crocodile de l’Orénoque
D’un puma il a gardé la toque

L’alligator de Chine
Courbe souvent l’échine
Et dit aligato
S’il reçoit un gâteau
Celui du Mississipi
Est très souvent poli
S’il reçoit un cadeau
Il dit toujours merci

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

papillondelabrise

Image de papillondelabrise

Nom : dubois

Prénom : arnaud

Naissance : 09/08/1965

Présentation : Si le coeur vous en dit, vous pouvez écouter mes improvisations et voir quelques unes de mes photos à ces adresses...

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS