Poème 'Les Cloches' de Georges RODENBACH dans 'La Jeunesse blanche'

Les Cloches

Georges RODENBACH
Recueil : "La Jeunesse blanche"

Je songe à d’anciens soirs lorsque le vent du nord
Sonnait du haut des tours tel qu’un veilleur qui corne,
Et couvrait de brouillard le soleil jaune et morne
Comme d’un blanc suaire un visage de mort.

L’air était glacial ; on sentait les approches
De l’automne où s’en vont les feuilles dans le vent ;
Et, pareille aux clameurs d’oiseaux se poursuivant,
On entendait passer la voix d’airain des cloches.

L’une disait : « Tes sœur, voilà déjà quinze ans,
Sont mortes ; leurs tombeaux n’ont plus de roses neuves. »
Une autre gémissait : « Priez pour quatre veuves ;
Hier quatre marins sont morts sur les brisants ! »

Une autre encor disait : « On vient d’abattre l’arbre
Dont le bois doit servir à faire ton cercueil. »
Puis une autre : « Vivants, pourquoi tout cet orgueil ?
La chair est une argile et les cœurs sont du marbre. »

Une cloche pleurait dans l’air endolori :
« Il aimait une femme aussi fausse qu’impure ;
Mais elle avait grand air dans son col de guipure.
Un soir, il se tua pour elle. Elle en a ri !… »

Une petite cloche au travers de la brume
Chantait : « Les enfants morts sont très heureux ; et j’ai
Le soupçon qu’au printemps, quand ils ont voyagé,
Leurs âmes ont l’odeur dont le vent se parfume. »

D’autres disaient encore : « Oh ! les cœurs transpercés,
Les âmes se cherchant en fuites éternelles !… »
Et ces rumeurs, comme un appel de sentinelles,
Montaient lugubrement des clochers dispersés !

Les derniers carillons dans le vent froid qui passe
Faisaient un bruit de clés énormes, comme si
Un noir geôlier marchait au fond du ciel transi
Pour s’en aller fermer les portes de l’Espace !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le vent des steppes du nord
    Crie comme une bête à cornes ;
    Au coeur des villages mornes,
    Rien ne bouge, tout est mort.

    On sent que la nuit approche,
    Progressant contre le vent ;
    Les feuilles se poursuivant
    Volent dans le son des cloches

    C’est comme ça tous les ans.
    La vie, de moins en moins neuve,
    Fait des orphelins, des veuves,
    Et les coeurs se vont brisant.

    Le bois mort tombe des arbres,
    Le défunt, dans son cercueil
    Abandonne tout orgueil,
    Sa mort le laisse de marbre.

    Pour les vivants, le temps passe
    Et disparaît, comme si
    L’on se retrouvait transi
    D’avoir habité l’espace.

Rédiger un commentaire

Georges RODENBACH

Portait de Georges RODENBACH

Georges Rodenbach (né le 16 juillet 1855 à Tournai et mort le 25 décembre 1898 à Paris) était un poète symboliste et un romancier belge de la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille bourgeoise d’origine allemande – son père, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, est vérificateur des poids et mesures ;... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto