Poème 'Les Grenouilles qui demandent un roi' de Jean de LA FONTAINE dans 'Les Fables'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jean de LA FONTAINE > Les Grenouilles qui demandent un roi

Les Grenouilles qui demandent un roi

Jean de LA FONTAINE
Recueil : "Les Fables"

Les Grenouilles, se lassant
De l’état Démocratique,
Par leurs clameurs firent tant
Que Jupin les soumit au pouvoir Monarchique.
Il leur tomba du Ciel un Roi tout pacifique :
Ce Roi fit toutefois un tel bruit en tombant
Que la gent marécageuse,
Gent fort sotte et fort peureuse,
S’alla cacher sous les eaux,
Dans les joncs, dans les roseaux,
Dans les trous du marécage,
Sans oser de longtemps regarder au visage
Celui qu’elles croyaient être un géant nouveau ;
Or c’était un Soliveau,
De qui la gravité fit peur à la première
Qui de le voir s’aventurant
Osa bien quitter sa tanière.
Elle approcha, mais en tremblant.
Une autre la suivit, une autre en fit autant,
Il en vint une fourmilière ;
Et leur troupe à la fin se rendit familière
Jusqu’à sauter sur l’épaule du Roi.
Le bon Sire le souffre, et se tient toujours coi.
Jupin en a bientôt la cervelle rompue.
Donnez-nous, dit ce peuple, un Roi qui se remue.
Le Monarque des Dieux leur envoie une Grue,
Qui les croque, qui les tue,
Qui les gobe à son plaisir,
Et Grenouilles de se plaindre ;
Et Jupin de leur dire : Eh quoi ! votre désir
A ses lois croit-il nous astreindre ?
Vous avez dû premièrement
Garder votre Gouvernement ;
Mais, ne l’ayant pas fait, il vous devait suffire
Que votre premier roi fût débonnaire et doux :
De celui-ci contentez-vous,
De peur d’en rencontrer un pire.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Les grenouilles en eurent marre
    D’habiter un monde sans Dieu.
    Elles firent du tintamarre
    Au voisinage d’un saint lieu ;
    Le prêtre dit : Je vous baptise,
    Mais ce sera par immersion.
    Voyez le beau feu qu’il attise !

    Ainsi eut lieu la conversion
    Des batraciens en friandise
    Pour régaler l’homme d’Église ;
    Car nul ne prie impunément
    Un Dieu dont le prêtre est gourmand.

Rédiger un commentaire

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto