Poème 'L’orage' de leodehurlevent

L’orage

leodehurlevent

La chaleur de l’été devenait étouffante
Les oiseaux volaient ras sentant venir l’orage
Dans un ciel obscurci par de sombres nuages
Que l’on sentait gorgés d’averses imminentes !

Soudain un bel éclair illumina les champs
Projetant ça et là des ombres improbables
Suivi d’un grondement déchirant le silence
Qui planait jusqu’alors inquiétant de présence.

Les premières gouttes d’eau arrivèrent tièdes et lourdes
D’abord bien espacées comme si l’averse n’allait
Sans doute vite assagie, pas bien durer longtemps
Et demeurer encore dans un ciel menaçant.

Mais ponctuée de clameurs parfois vibrantes et sourdes
La pluie tombât si drue qu’elle emplit l’horizon
Ruisselant des chemins et creusant les sillons
Brisant les mottes sombres de la terre labourée !

Orage désespoir des jardins bien fleuris
Qui brise les pétales et scie les vignes aussi
De sa grêle blanchissant les routes et les prés
Qui nous prend au passage quelques précieux degrés !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

leodehurlevent

Image de leodehurlevent

Nom : non renseigné

Prénom : eric

Naissance : 07/09/1950

Présentation : non renseigné

Accéder à sa page de poésie

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS