Poème 'Que tes yeux clairs, tes yeux d’été' de Émile VERHAEREN dans 'Les Heures Claires'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Émile VERHAEREN > Que tes yeux clairs, tes yeux d’été

Que tes yeux clairs, tes yeux d’été

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Heures Claires"

Que tes yeux clairs, tes yeux d’été,
Me soient, sur terre,
Les images de la bonté.

Laissons nos âmes embrasées
Revêtir d’or chaque flamme de nos pensées.

Que mes deux mains contre ton coeur
Te soient, sur terre,
Les emblèmes de la douceur.

Vivons pareils à deux prières éperdues
L’une vers l’autre, à toute heure, tendues.

Que nos baisers sur nos bouches ravies
Nous soient sur terre
Les symboles de notre vie.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. I put off the Belgian Divisionists until I could learn more about Anna Boch. I will try to do her work justice, even thgouh it won't be enough. The 'science' of Divisionism may have been questionable, but it worked for art. It's difficult to imagine an insipid Divisionist painting.

Rédiger un commentaire

Émile VERHAEREN

Portait de Émile VERHAEREN

Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d’Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d’expression française. Dans ses poèmes influencés par le symbolisme, où il pratique le vers libre, sa conscience sociale lui fait évoquer les grandes villes... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto