Poème 'Soir' de Georges RODENBACH dans 'La Jeunesse blanche'

Soir

Georges RODENBACH
Recueil : "La Jeunesse blanche"

Ô calme de l’ombre indistincte !
Ô silence du logis clos !
Le carillon du beffroi tinte,
Et ses sons semblent les halos
Du cadran qui, sur la tour, hante
Comme un clair de lune qui chante !

La bûche brûle, opiniâtre :
Elle s’enflamme, chaque fois
Que le vent noir souffle sur l’âtre
Avec un bruit presque de voix ;
Ô le vent dans la cheminée !
La chambre est toute enluminée…

On songe à des choses finies,
À tout ce qu’on avait rêvé,
Processions sans litanies,
Maison où rien n’est arrivé,
Tout le passé dont on est vieux !
Ô les lampes comme des yeux…

Les pâles lampes nous regardent,
Regards de ceux qui ne sont plus ;
Et les miroirs un peu nous gardent
Les visages irrésolus
De tant de morts que nous aimâmes ;
Ce soir, le vent porte leurs âmes.

Souvenance ! Morne veillée !
Pourquoi tant d’essais de bonheur ?
Toute vie est dépareillée…
La bûche, comme un Sacré-Cœur,
Dans la cendre saigne en silence ;
Le vent la perce de sa Lance.

La chambre est triste à cause d’elle,
Triste à cause de nous aussi ;
Sa peine à la nôtre se mêle,
Et tout s’en va dans l’air transi
Finir en un peu de fumée
Par qui la chambre est résumée.

1896

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Georges RODENBACH

Portait de Georges RODENBACH

Georges Rodenbach (né le 16 juillet 1855 à Tournai et mort le 25 décembre 1898 à Paris) était un poète symboliste et un romancier belge de la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille bourgeoise d’origine allemande – son père, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, est vérificateur des poids et mesures ;... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto