Poème 'Sur ce qu’on avait lu a l’Académie des vers contre Homère et Virgile' de Nicolas BOILEAU dans 'Épigrammes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Nicolas BOILEAU > Sur ce qu’on avait lu a l’Académie des vers contre Homère et Virgile

Sur ce qu’on avait lu a l’Académie des vers contre Homère et Virgile

Nicolas BOILEAU
Recueil : "Épigrammes"

Clio vint l’autre jour se plaindre au dieu des vers
Qu’en certain lieu de l’univers
On traitait d’auteurs froids, de poètes stériles,
Les Homères et les Virgiles.
Cela ne saurait être ; on s’est moqué de vous,
Reprit Apollon en courroux :
Où peut-on avoir dit une telle infamie ?
Est-ce chez les Hurons, chez les Topinambous ? —
C’est à Paris. — C’est donc dans l’hôpital des fous ? —
Non ; c’est au Louvre, en pleine Académie.

J’ai traité de Topinambous
Tous ces beaux censeurs, je l’avoue,
Qui, de l’antiquité si follement jaloux,
Aiment tout ce qu’on haït, blâment tout ce qu’on loue ;
Et l’Académie, entre nous,
Souffrant chez soi de si grands fous,
Me semble un peu Topinamboue.

Ne blâmez pas Perrault de condamner Homère,
Virgile, Aristote, Platon :
II a pour lui monsieur son frère,
G….N…. Lavau, Caligula, Néron,
Et le gros Charpentier, dit-on.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS