Poème 'Une Statue (1)' de Émile VERHAEREN dans 'Les Villes Tentaculaires'

Une Statue (1)

Émile VERHAEREN
Recueil : "Les Villes Tentaculaires"

On le croyait fondateur de la ville,
Venu de pays clairs et lointains,
Avec sa crosse entre les mains,
Et, sur son corps, une bure servile.

Pour se faire écouter il parlait par miracles,
En des clairières d’or, le soir, dans les forêts,
Où Loge et Thor carraient leurs symboles épais
Et tonnaient leurs oracles.

Il était la tristesse et la douceur
Descendue autrefois, à genoux, du calvaire,
Vers les hommes et leur misère
Et vers leur coeur.

Il accueillait l’humanité fragile
Il lui chantait le paradis sans fin
Et l’endormait dans un rêve divin,
Le front posé sur l’évangile.

Plus tard, le roi, le juge, et le bourreau
Prirent son verbe et le faussèrent
Et les textes autoritaires
Apparurent, tels des glaives, hors du fourreau.

Contre la paix qu’il avait inclinée
Vers tous, de son geste clément,
La vie, avec des cris et des sursauts déments,
Brusque et rouge, fut dégainée.

Mais lui resta le clair apôtre au front vermeil,
Aux yeux remplis de patience et d’indulgence,
Et la pieuse et populaire intelligence
Puisait auprès de lui la force et le conseil.

On l’invoquait pour les fièvres et pour les peines,
On le fêtait en mai, au soir tombant,
Et les mères et les vieillards et les enfants
Venaient baigner leurs maux dans l’eau de sa fontaine.

Son nom large et sonore d’amour
Marquait la fin des longues litanies
Et des complaintes infinies
Que l’on chantait, depuis toujours.

Il se perpétuait, près d’un portail roman,
En une image usée et tremblotante,
Qui écoutait, dans la poitrine
Haletante des tours,
Les bourdons lourds clamer au firmament.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bouddha-coq
    ----------------

    Voici le Bouddha-coq, absent des grandes villes ;
    On le trouve surtout dans les déserts lointains,
    Il peut vive longtemps sans parler aux humains :
    Il les trouve gentils, mais quelque peu serviles.

    Jamais il n'accomplit le plus petit miracle ;
    Simple est son ordinaire, et sa vie sans apprêts.
    Il voyage parfois vers les sombres forêts,
    Écoutant, des grands pins, l'indéchiffrable oracle.

    Il ne connaît ni roi, ni juge, ni bourreau,
    Il ne fréquente pas la troupe des faussaires ;
    Et son regard ne craint pas le moindre adversaire,
    Ni les sabres, parfois surgissant des fourreaux.

  2. Deux contes de sagesse qui se répondent,
    deux sages qui se rencontrent grâce aux poèmes!

Rédiger un commentaire

Émile VERHAEREN

Portait de Émile VERHAEREN

Émile Adolphe Gustave Verhaeren, né à Saint-Amand dans la province d’Anvers, Belgique, le 21 mai 1855 et mort à Rouen le 27 novembre 1916, est un poète belge flamand, d’expression française. Dans ses poèmes influencés par le symbolisme, où il pratique le vers libre, sa conscience sociale lui fait évoquer les grandes villes... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto