Paul CELAN : poèmes, oeuvres et biographie

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Paul CELAN

Paul CELAN (1920-1970)

Sa biographie

Portrait de Paul CELAN

Paul Celan (23 novembre 1920 – 20 avril 1970) est un poète et traducteur roumain de langue allemande, né Paul Pessach Antschel au sein d’une famille juive allemande à CernăuÈ›i – Roumanie -, l’ancienne Czernowitz, et naturalisé français le 8 juillet 1955. C’est peut être le plus grand poète de langue allemande de l’après-guerre, composant une Å“uvre absolument novatrice, consciente de venir après l’événement majeur de l’extermination des juifs d’Europe.

Son nom d’écrivain est l’anagramme de son patronyme Ancel (en roumain), ou Antschel (en allemand).

Il est le seul fils d’une famille juive de CernăuÈ›i, Bucovine, région faisant alors partie de la Roumanie réunifiée (Grande Roumanie). Ses parents, d’origine allemande, Leo Antschel-Teitler et Friederike née Schrager, parlent allemand à la maison.
À six ans, il suit les cours d’une école élémentaire libérale en langue allemande, et est envoyé ensuite à l’école juive Safah Ivriah. Après sa Bar Mitsva en 1933, Celan rejoint un groupe de jeunesse antifasciste, qui publie un magazine marxiste, l’Étudiant rouge. Mais il est moins attiré par Marx que par des auteurs libertaires comme Pierre Kropotkine et Gustav Landauer. Il étudie ensuite la médecine en 1938 en France, mais retourne en Roumanie, à l’université de CernăuÈ›i, pour étudier la littérature de langue romane.

En 1942, ses parents qui refusent de se cacher, sont envoyés dans un camp d’internement en Transnistrie (qui était, avant 1940, une autre région de la Roumanie, et reprise en 1941), où son père meurt de typhus, et sa mère, selon certains témoignages, est exécutée d’une balle dans la nuque.
En 1943, Paul est envoyé dans un camp de travail forcé en Moldavie. Il est libéré par les Russes en 1944, change son nom en Paul Aurel, Paul Ancel, et finalement Paul Celan, et vit à Bucarest comme traducteur et éditeur.
En 1947, il quitte la Roumanie pour Vienne en Autriche où il publie son premier livre « Le sable des urnes » (Der Sand aus den Urnen). Il s’installe finalement à Paris, où il occupe la fonction de lecteur d’allemand et de traducteur à l’École normale supérieure.
En 1952, il épouse l’artiste Gisèle de Lestrange, qu’il avait rencontrée en 1951 et à qui il écrit plus de 700 lettres en 19 ans. Cette correspondance a été publiée en 2001 grâce à l’aide de son fils Eric. Il avait aussi une correspondance conséquente avec une autre femme qu’il aimait : il s’agit de Ingeborg Bachmann. Cette correspondance a été publiée en allemand en août 2008 par l’éditeur Suhrkamp sous le titre Herzzeit (« Le temps du cÅ“ur »).

Il reçoit le prix Georg Büchner en 1960, et prononce pour l’occasion un magnifique discours, « Le Méridien », où il présente à travers une lecture du théâtre de Büchner ce que sont pour lui l’art et la poésie.
Il est interné plusieurs fois à partir de 1965 dans des hôpitaux psychiatriques d’où il écrit quelques textes en hébreu.
Il rencontre en 1967 à Todtnauberg le philosophe Martin Heidegger. Il attend de lui une parole pour les Juifs exterminés qui n’est pas venue. Ce silence lui a inspiré le poème « Todtnauberg ».
En 1968, il rejoint André du Bouchet, Jacques Dupin, Yves Bonnefoy, Michel Leiris et Louis-René Des Forêts au comité de rédaction de la revue « L’Éphémère ».
Il visite Israël en octobre 1969 et y donne plusieurs conférences.

Paul Celan se jette dans la Seine dans la nuit du 19 au 20 avril 1970. On ne retrouvera son corps que le 1er mai.

La mort de ses parents dans les camps nazis et son propre passage dans un camp de travail l’ont profondément marqué. À la fois témoin et victime du nazisme, il contredit la fameuse formule, datant de 1955, d’Adorno, philosophe post-marxiste, selon laquelle « Écrire un poème après Auschwitz est barbare…».

Ses premiers poèmes datent de 1940, dans différents périodiques, mais son deuxième livre, « Mohn und Gedächtnis » (« Pavot et mémoire », 1952) assoit sa réputation de poète de l’Holocauste, d’abord en Allemagne, puis dans le monde entier. Son poème le plus connu, « Todesfuge » (« Fugue de la Mort ») a pour thème le sort des Juifs dans les camps d’extermination.

Il reçoit le prix de littérature de Brême, et considère avec ses amis poètes René Char, Edmond Jabès et Nelly Sachs, que le langage doit se libérer de l’Histoire, et doit être utilisé avec des mots qui répondent au silence imposé sur la situation terrible qu’il a vécu. Ses vers deviennent alors de plus en plus cryptés, fracturés et monosyllabiques, se comparant en cela à la musique de Webern. Toute la poétique de Celan tient dans son impératif, à la fois moral et esthétique, de créer ce qu’il appelait une « contre-langue », qui consistait en une mise en accusation implacable et définitive de la langue et de la culture allemandes dont la Shoah était l’aboutissement (cf : Jean Bollack, « Poésie contre poésie », PUF, 2001).

La fausse accusation de plagiat de l’Å“uvre d’Yvan Goll mené par sa femme Claire Goll le conduit à la dépression nerveuse. Claire Goll a fait une campagne de diffamation contre Paul Celan tout le long de sa vie. Il a traduit en effet des poèmes de Yvan Goll, ainsi que des textes de Jean Cocteau, Henri Michaux, Ossip Mandelstam, Giuseppe Ungaretti, Fernando Pessoa, Arthur Rimbaud, Paul Valéry, René Char, Emil Cioran, André du Bouchet, et Jacques Dupin.


Source : Wikipédia
Ce contenu est soumis à la licence CC-BY-SA.
© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto