Poème 'Un oeil, ouvert' de Paul CELAN dans 'Grille de parole'

Un oeil, ouvert

Paul CELAN
Recueil : "Grille de parole"

Heures, couleur mai, fraîches.
Ce qui n’est plus à nommer, brûlant,
audible dans la bouche.

Voix de personne, à nouveau.

Profondeur douloureuse de la prunelle :
la paupière
ne barre pas la route, le cil
ne compte pas ce qui entre.

Une larme, à demi,
lentille plus aiguë, mobile,
capte pour toi les images.

1959

Poème préféré des membres

Loic a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. (l'original)
    =======

    Ein Auge, offen
    -----------------

    Stunden, maifarben, kühl.
    Das nicht mehr zu Nennende, heiß,
    hörbar im Mund.

    Niemandes Stimme, wieder.

    Schmerzende Augapfeltiefe:
    das Lid
    steht nicht im Wege, die Wimper
    zählt nicht, was eintritt.

    Die Träne, halb,
    die schärfere Linse, beweglich,
    holt dir die Bilder.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS