Poème 'Zürich, Zum Storchen' de Paul CELAN dans 'La Rose de personne'

Zürich, Zum Storchen

Paul CELAN
Recueil : "La Rose de personne"

pour Nelly Sachs

Nous avons parlé du Trop
et du Trop-peu. Du Toi
et du Non-toi, de
la clarté qui trouble, de
choses juives, de
ton Dieu.

De
ça.
Le jour : d’une ascension, la
cathédrale était sur l’autre bord, avec de l’or
elle vint à nous marchant sur l’eau.

Nous avons parlé de ton Dieu, moi
contre lui, je
laissais le coeur que l’avais
espérer :
en
sa suprême, enrâlée
parole de courroux –

Ton oeil me regarda, vit plus loin
ta bouche
parla jusqu’à l’oeil, j’entendis :

Mais nous
ne savons pas, tu sais,
mais nous
ne savons pas
quoi
compte.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS