Poème 'A Monseigneur le Dauphin' de Jean de LA FONTAINE dans 'Les Fables'

A Monseigneur le Dauphin

Jean de LA FONTAINE
Recueil : "Les Fables"

Je chante les Héros dont Esope est le Père,
Troupe de qui l’Histoire, encor que mensongère,
Contient des vérités qui servent de leçons.
Tout parle en mon Ouvrage, et même les Poissons :
Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes.
Je me sers d’Animaux pour instruire les Hommes.
Illustre rejeton d’un Prince aimé des cieux,
Sur qui le monde entier a maintenant les yeux,
Et qui, faisant fléchir les plus superbes Têtes,
Comptera désormais ses jours par ses conquêtes,
Quelque autre te dira d’une plus forte voix
Les faits de tes Aïeux et les vertus des Rois.
Je vais t’entretenir de moindres Aventures,
Te tracer en ces vers de légères peintures.
Et, si de t’agréer je n’emporte le prix,
J’aurai du moins l’honneur de l’avoir entrepris.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. La Fontaine, toi-même étant devenu père
    De cent mille animaux à la marche légère,
    Tu leur fais déclamer d'amusantes leçons ;
    Un Pêcheur est instruit par un petit poisson,
    Le fin renard s'adresse aux corbeaux que nous sommes,
    Et la mouche du coche, aux chevaux et aux hommes,
    Transmet l'enseignement qu'elle a reçu des cieux.
    Nous croyons voir passer, émerveillant nos yeux,
    Ces nobles animaux et ces charmantes bêtes,
    Et par leurs beaux discours, ils font notre conquête.
    Nous croyons écouter le doux son de ta voix
    Toi qui des narrateurs pourrais être le roi.
    Tu nous fais dans les bois partir à l'aventure
    Et donnes de ces lieux la plus belle peinture.
    Tu ne sais si l'on va te décerner le prix,
    Nous te l'avons donné, n'en sois donc pas surpris.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS