Poème 'À un aigle (d’après « L’Aigle » de Charles Gill)' de martineau

Accueil > Les membres > Page de poésie de martineau > À un aigle (d’après « L’Aigle » de Charles Gill)

À un aigle (d’après « L’Aigle » de Charles Gill)

martineau

En dépit de la cage où je t’avais jeté,
tu plongeais dans l’effroi nombre de sentinelles,
et sans que ma victoire eût vaincu ta fierté,
ton regard convoitait les sphères éternelles.

Je voulus mettre un terme à ta captivité,
car tes yeux, à la fin, n’avaient plus d’étincelles,
mais quand j’ouvris la porte à ton bec affûté
ton âme illumina le fond de tes prunelles.

Sans doute observas-tu que j’étais déganté
et que j’eusse péri sous tes serres cruelles.
Allais-tu me soumettre à ta férocité ?

Tu demeuras encore un instant arrêté,
avant de dégainer tes gigantesques ailes
et de reconquérir l’espace inhabité.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

martineau

Image de martineau

Nom : Martineau

Prénom : Philippe

Naissance : 08/04/1957

Présentation : Auteur de recueils (poésie, fable, aphorisme, etc...) au format électronique (PDF, EPUB et KINDLE), disponibles en ligne sur son site Web.

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS