Poème 'Lénore' de martineau

Lénore

martineau

Né du mur de ma chambre
un corbeau se tient coi ;
de janvier à décembre
il demeure sans voix.

À moins que ce soit lui
qui sans quitter la mort
me réveille à minuit
en disant : « Never more ! ».

Au clair de ma bougie
son regard est au nord :
est-ce là-bas que gît
l’image de Lénore ?

Mais la flamme s’éteint
sans que l’on ait soufflé,
et c’est jusqu’au matin
que je reste aveuglé.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

martineau

Image de martineau

Nom : Martineau

Prénom : Philippe

Naissance : 08/04/1957

Présentation : Auteur de recueils (poésie, fable, aphorisme, etc...) au format électronique (PDF, EPUB et KINDLE), disponibles en ligne sur son site Web.

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS