Poème 'Lorelei' de martineau

Lorelei

martineau

Qui pose, à demi nue,
allongée sur la grève,
et comme revenue
du naufrage d’un rêve ?

Sa chevelure rousse
la masque comme au bal.
Ô que cela me pousse
à l’imaginer pâle.

Sans doute que sa peau
naquit d’une caresse
et qu’un avant-propos
fit d’elle une déesse.

J’ignore à quelle envie
son silence renvoie.
Sera-t-elle ravie
de connaître ma voix ?

«Ô toi, que nul n’effleure,
s’il est besoin d’un crime
pour t’enivrer le cœur,
j’en veux être victime.

Si ta nuque y consent
puis-je la mordiller,
ou faut-il qu’aucun sang
n’en sorte scintiller ?

Et si ton sein frissonne
puis-je l’aimer de près,
ou faut-il que personne
n’en tète le secret ?»

N’ayant pas d’autre vœu
que de la réveiller
j’écarte ses cheveux,
jusqu’à déshabiller

son pudique portrait :
sa bouche à peine éclose
et ses yeux déjà prêts
à s’ouvrir – et qui l’osent…

Ce qui s’ouvre radieux
et enfin me regarde,
ce ne sont plus ses yeux…
mais ceux de la Camarde !

… qui pose, à demi nue,
allongée sur la grève,
et comme revenue
du naufrage d’un rêve.

À en croire le fleuve
elle jouit de sang-froid,
et si ses yeux m’émeuvent
c’est que j’en suis la proie.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

martineau

Image de martineau

Nom : Martineau

Prénom : Philippe

Naissance : 08/04/1957

Présentation : Auteur de recueils (poésie, fable, aphorisme, etc...) au format électronique (PDF, EPUB et KINDLE), disponibles en ligne sur son site Web.

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS