Poème 'Amok' de Zoe

Amok

Zoe

Mes larmes s’en vont là où nous étions
Embrasser ta joue désemparés
Pour un peu l’un pour l’autre
De ce que l’on appelle s’écoulent
L’amour les larmes,
O L’amour, pour un peu
C’est exquis, de ce que l’on appelle
De notre commune l’amour
Part,
Donne,
Comme une caresse
Sur ta joue
Si lisse
Les larmes
Aux yeux
Qui t’embellissent
Pour un peu
De ce qui s’appelle
L’amour
Je cours l’amok,
Pour un peu
De cette tendresse
Dans le regard
Hagarde
Je m’en tiens
À un geste de ta part
Aussi fin,
O si finalement !
Le firmament
Constellé
De ces larmes
Qui m’embrasent
Et s’écoulent
Le long
De ta joue

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS