Poème 'Art poétique' de Odilon-Jean PÉRIER dans 'Notre mère la ville'

Art poétique

Odilon-Jean PÉRIER
Recueil : "Notre mère la ville"

Je fis ce masque pour mes frères
Avec l’or que j’avais volé
(Dieu des chanteurs, ami sévère)
A ma vieille sincérité.

Que leurs dédains m’ont réjoui !

- Toute ma vie agenouillée.
Un dieu s’y est épanoui
Comme une rivière emportée.

On peut revivre ! On peut se taire…

Ô éternité sans recours
Selon ta flamme solitaire
Ma lyre a dit ce mot d’amour.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Généalogie de papier
    ------------------------------

    Poètes d'autrefois, mes frères,
    M'apprendriez-vous à voler ?
    Votre plume, aimable ou sévère,
    Aide la mienne à circuler.

    Que de trésors sont enfouis

    En vos oeuvres accumulées !
    Le rire s'y épanouit
    Et le deuil, dont l'âme est brûlée.

    Ainsi qu'un loyal secrétaire,

    Sur vos écrits, je fais retour,
    Et, de ma plume solitaire,
    Y réponds un peu, chaque jour.

  2. Porte-plume
    -------------------

    Marchands de parchemin, mes frères,
    Votre renom n'est pas volé ;
    Ma plume, qui n'est pas sévère,
    Ne saurait le dissimuler.

    Des longs siècles évanouis
    Les paroles accumulées
    Font un herbier épanoui,
    Même si mainte herbe est brûlée.

    Plume, fais-moi leur secrétaire,
    Et que tes tracés sans retour,
    Dans ma cellule solitaire,
    M'accompagnent au fil des jours.

  3. Saint Graphomane
    -------

    Cet ermite se croit le transcripteur des mondes
    Et de son scriptorium n’ouvre pas les rideaux ;
    Son esprit, dérivant comme un léger radeau,
    Guide négligemment sa plume vagabonde.

    Il ne s’attarde point sur des choses profondes,
    Mais il peut commenter le babil d’un oiseau ;
    Il peut certes penser, mais pas plus qu’un roseau,
    Ses vers presque toujours à d’autres vers répondent.

    Aucun auteur ne craint qu’on marche sur ses pas ;
    L’hommage imitatif, ça ne le gêne pas,
    C’est comme rajouter une herbe au paysage.

    On peut le constater, ce graphomane est vieux,
    À peine pourra-t-il tracer quelques passages
    Et faire quelques pas, tranquille, sous les cieux.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS