Poème 'Autrefois j’écrivais' de Fano

Accueil > Les membres > Page de poésie de Fano > Autrefois j’écrivais

Autrefois j’écrivais

Fano

Autrefois j’écrivais
J’écrivais le vent qui sème
Le soleil ou la lune quand ils brillent
Le ciel et les oiseaux qui le parsèment
Les gens qui s’aiment
Et les jolies filles

Autrefois j’écrivais
J’écrivais ce que je croyais être l’ amour
Et le monde dont je faisais le tour
La guerre la paix la joie d’être ensemble
Ou bien sur la branche la feuille qui tremble
De se savoir vaincue
Dans l’Eden à jamais perdu

Autrefois j’écrivais
J’écrivais l’enfance qui balbutie
L’ errance du voyageur de la vie
Ou le geste aimable et gratuit
De celui qui cueille l’amitié comme un fruit
Le blé qui pousse au soleil d’été
Et le pain à la croûte dorée

Autrefois j’écrivais
J’écrivais le tonnerre du côté de Brest
Le choléra et la peste
J’écrivais la nuit
De ceux qui toujours plus loin fuient
Pour des nuages et des mirages
Les sauvages rages

Autrefois j’écrivais
J’écrivais l’immensité des déserts
Dans les villes aux fées d’hiver
J’écrivais les pleurs
Et sans le savoir la douleur
De ne pas mourir
De ne plus rire

Autrefois j’écrivais
J’écrivais le vent qui sème
Le soleil ou la lune quand ils brillent
Le ciel et les oiseaux qui le parsèment
Les gens qui s’aiment
Et les jolies filles

Un jour

Un jour j’ai vu l’immensité au fond de tes yeux
Et je n’ai plus désormais écrit que leurs cieux

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS