Poème 'Tout orgueil fume-t-il du soir' de Stéphane MALLARME dans 'Poésies'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Stéphane MALLARME > Tout orgueil fume-t-il du soir

Tout orgueil fume-t-il du soir

Stéphane MALLARME
Recueil : "Poésies"

Tout orgueil fume-t-il du soir,
Torche dans un branle étouffée
Sans que l’immortelle bouffée
Ne puisse à l’abandon surseoir !

La chambre ancienne de l’hoir
De maint riche mais chu trophée
Ne serait pas même chauffée
S’il survenait par le couloir.

Affres du passé nécessaires
Agrippant comme avec des serres
Le sépulcre de désaveu,

Sous un marbre lourd qu’elle isole
Ne s’allume pas d’autre feu
Que la fulgurante console.

Poème préféré des membres

baudelaire a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Planète Flashbacandra
    ------------

    Le soleil rougit tous les soirs,
    Quand les djinns pourchassent les fées ;
    Les rayons d’Alpha de Céphée
    Semblent des reflets d’encensoir.

    La lune est un petit brûloir,
    Les galaxies sont assoiffées ;
    Quelques vestales décoiffées
    S’abandonnent au nonchaloir.

    Au désert, un bouc émissaire
    Affronte un cruel adversaire,
    Un sombre démon sans aveu.

    L’apôtre dit des paraboles,
    Cela fait rire ses neveux ;
    La nuit s’avance, et le temps vole.

  2. Bouc de Mallarmé
    ----------

    La brebis fuit un bélier noir,
    De tendresse elle est assoiffée ;
    Je lui dis « Ton regard de fée,
    C’est le plus doux qu’on puisse voir. »

    Mon coeur était en son pouvoir,
    Mon âme en fut ébouriffée ;
    Ma sagesse était décoiffée,
    Mon esprit palpitait d’espoir.

    J’étais comme un bouc émissaire
    Qu’au désert le prêtres laissèrent,
    À la brebis j’en fis l’aveu.

    Elle dit « C’est des fariboles,
    Tu n’es qu’un mâle un peu nerveux. » ;
    Je vois Cupidon qui s’envole.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS