Poème 'Ballade des contre-vérités' de François VILLON dans 'Poésies diverses'

Ballade des contre-vérités

François VILLON
Recueil : "Poésies diverses"

Il n’est soin que quand on a faim
Ne service que d’ennemi,
Ne mâcher qu’un botel de fain,
Ne fort guet que d’homme endormi,
Ne clémence que félonie,
N’assurance que de peureux,
Ne foi que d’homme qui renie,
Ne bien conseillé qu’amoureux.

Il n’est engendrement qu’en boin
Ne bon bruit que d’homme banni,
Ne ris qu’après un coup de poing,
Ne lotz que dettes mettre en ni,
Ne vraie amour qu’en flatterie,
N’encontre que de malheureux,
Ne vrai rapport que menterie,
Ne bien conseillé qu’amoureux.

Ne tel repos que vivre en soin,
N’honneur porter que dire :  » Fi ! « ,
Ne soi vanter que de faux coin,
Ne santé que d’homme bouffi,
Ne haut vouloir que couardie,
Ne conseil que de furieux,
Ne douceur qu’en femme étourdie,
Ne bien conseillé qu’amoureux.

Voulez-vous que verté vous dire ?
Il n’est jouer qu’en maladie,
Lettre vraie qu’en tragédie,
Lâche homme que chevalereux,
Orrible son que mélodie,
Ne bien conseillé qu’amoureux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

François VILLON

Portait de François VILLON

François de Montcorbier dit Villon, né en 1431 à Paris, disparu en 1463, est un poète français de la fin du Moyen Âge. Il est probablement l’auteur français le plus connu de cette période. Les romantiques en firent le précurseur des poètes maudits. Le poète choisira son pseudonyme à partir du nom du chanoine Guillaume Villon,... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto