Poème 'Carillon' de Georges RODENBACH dans 'La Jeunesse blanche'

Carillon

Georges RODENBACH
Recueil : "La Jeunesse blanche"

La musique des carillons est pastorale.

Aux temps anciens,
Dans un commencement de lune,
Quelque berger musicien
Entendit toutes ses bêtes l’une après l’une
Qui balançaient les cloches de leur cou
Et faisaient un concert de musique inégale.

Or le berger devint sonneur,
Et, nostalgique de prairies
Et de troupeaux qui bêlent doux,
Il les ressuscita dans sa haute demeure
Par de jumelles sonneries :

Clochettes comme au cou des chèvres,
Cloche comme au cou d’un taureau,
Tout le tintement d’un troupeau,
Qui s’éloigne, qui se rapproche,
Et, dans l’air assombri, s’achève comme un rêve…

O bondissant troupeau mécanique des cloches !

1896

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Georges RODENBACH

Portait de Georges RODENBACH

Georges Rodenbach (né le 16 juillet 1855 à Tournai et mort le 25 décembre 1898 à Paris) était un poète symboliste et un romancier belge de la fin du XIXe siècle. Issu d’une famille bourgeoise d’origine allemande – son père, fonctionnaire au ministère de l’Intérieur, est vérificateur des poids et mesures ;... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto