Poème 'Atalante' de ATOS

Atalante

ATOS

Je pars Atalante.
A l’aube, mes pas auront déserté ta maison.
Je pars mais je garde ta folie entre mes bras.
Je veux que ton parfum encre la certitude de ma route.
Je pars et tu le sais, je ne reviendrai pas.

Il est ainsi de la vie d’un homme qui par trop court ses heures
et qui oublie qu’il ne peut y avoir d’idéale demeure.

J’ai grâce à toi
senti mon cœur embrasé mes mains
j’ai vu des dunes prendre corps,
des fleuves tenir parole,
des cieux danser la terre,
J’ai senti ma chair inonder les déserts,
entendu des âmes creuser l’azur,
tracé la profonde mesure,
sur le rythme de mes poings
frappant sans relâche sur le coffre des jours.
J’ai pu, grâce à toi, deviner…
tellement d’hommes.

J’ai vu par tes yeux
Parlé par ta bouche
Vécu par ton souffle.
Aimé par ton chant.

Je pars Atalante
Puisque qu’il me faut entendre ma raison
donner réponse à ma nature.
Tu dois quitter mon corps pour
que mon âme aille vers d’autres aurores.

J’ai mené ma jeunesse pour t’offrir un royaume
J’ai gardé ta flamme pour border les rivages
J’ai battu le flot de mes peurs
en hissant à mon cœur ton visage.
Toute cette force, cette ardeur, Atalante
me sont venues de toi.

D’autres viendront franchir ton seuil
Tu les accueilles déjà.
Promets moi de toujours leur mener parole
Protège ces voyageurs,
qu’ils connaissent comme moi le goût de leur coeur
Dis leur l’importance de ce chant
Car il sera le seul qui saura les conduire
sans qu’ils versent leur peine.
Loin de toi, un oracle inconnu m’appelle en au delà.
Je pars Atalante.

A l’aube, dans cette maison ne viendront plus mes pas.
Je pars, ton parfum dans mes bras.
Je t’ai depuis longtemps confier ma légende
il te faut à présent la déposer au fond de moi.

Il est ainsi de la vie d’un homme qui a pu aimer toutes ses heures
et qui n’oublie pas, qu’en toi, Atalante, son idéal demeure.

Je pars, Atalante, et ne reviendrai pas.

Extrait du recueil « Ynys Avallach »,
Les éditions du Littéraire – La bibliothèque de Babel
juin 2014 – ISBN-13 : 978-2919318223

"Atalande" de Max le Verrier (Bronze - 1930)

"Atalande" de Max le Verrier (Bronze - 1930)

Poème préféré des membres

VVAL a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS