Poème 'Chapelle de la morte' de Émile NELLIGAN dans 'Émile Nelligan et son œuvre - Amours d'élite'

Chapelle de la morte

Émile NELLIGAN
Recueil : "Émile Nelligan et son œuvre - Amours d'élite"

La chapelle ancienne est fermée,
Et je refoule à pas discrets
Les dalles sonnant les regrets
De toute une ère parfumée.

Et je t’évoque, ô bien-aimée !
Epris de mystiques attraits :
La chapelle assume les traits
De ton âme qu’elle a humée.

Ton corps fleurit dans l’autel seul,
Et la nef triste est le linceul
De gloire qui te vêt entière ;

Et dans le vitrail, tes grands yeux
M’illuminent ce cimetière
De doux cierges mystérieux.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Pays de Cléopâtre
    -------------------

    La pyramide est refermée
    Sur ses explorateurs discrets.
    N'en ressens-tu pas le regret,
    Reine sobrement parfumée ?

    La ruse imparable tramée
    Par l'adversaire, on s'y soustrait :
    Un chien, malin comme un furet,
    Nous délivre, en es-tu charmée ?

    La reine lit, d'un air songeur,
    L'admirable album en couleurs,
    En dégustant les moindres bribes.

    Enfin, n'en croyant pas ses yeux,
    Elle a prié pour que les dieux
    À pareil art forment ses scribes.

Rédiger un commentaire

Émile NELLIGAN

Portait de Émile NELLIGAN

Émile Nelligan (24 décembre 1879 à Montréal – 18 novembre 1941 à Montréal) est un poète canadien (québécois). Disciple du symbolisme, il a été profondément influencé par Octave Crémazie, Louis Fréchette, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Georges Rodenbach, Maurice Rollinat et Edgar Allan Poe. Parmi les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS