Poème 'Les Corbeaux' de Émile NELLIGAN dans 'Émile Nelligan et son œuvre - Eaux-Fortes Funéraires'

Les Corbeaux

Émile NELLIGAN
Recueil : "Émile Nelligan et son œuvre - Eaux-Fortes Funéraires"

J’ai cru voir sur mon cœur un essaim de corbeaux
En pleine lande intime avec des vols funèbres,
De grands corbeaux venus de montagnes célèbres
Et qui passaient au clair de lune et de flambeaux.

Lugubrement, comme en cercle sur des tombeaux
Et flairant un régal de carcasses de zèbres,
Ils planaient au frisson glacé de nos ténèbres,
Agitant à leurs becs une chair en lambeaux.

Or, cette proie échue à ces démons des nuits
N’était autre que ma Vie en loque, aux ennuis
Vastes qui tournant sur elle ainsi toujours

Déchirant à larges coups de bec, sans quartier,
Mon âme, une charogne éparse au champ des jours,
Que ces vieux corbeaux dévoreront en entier.

Poème préféré des membres

ecnaida a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Pigeon-corbeau
    --------------

    Ce pigeon délirant se prend pour un corbeau,
    Il en a pris l’allure et le rire funèbre ;
    Il vole un camembert, comme un héros célèbre
    Dont il dit qu’il voudrait reprendre le flambeau.

    Aucun renard, pourtant, ne vient près des tombeaux
    Où voulut s’établir notre drôle de zèbre ;
    Le porteur de fromage est seul dans les ténèbres,
    À surveiller sa proie dont il mange un lambeau.

    Or, véritablement, ce pigeon nous instruit :
    Rien n’est jamais certain, pas même les ennuis,
    Le destin ne joue pas deux fois la même farce.

    Du camembert bien mûr il reprend un quartier,
    Dépourvu d’adversaire et privé de comparse ;
    Et puis il finit par le manger tout entier.

  2. Ambirapace de pourpre et d’or
    -------------------------------

    Il voudrait devenir un noir ambicorbeau ;
    Car il aime surtout les contextes funèbres ;
    Puis, il dévorerait des personnes célèbres
    Qui de l’humanité ont porté le flambeau.

    Or, moi, quand je le vois planer près des tombeaux,
    Je dis : «Ce prédateur est un drôle de zèbre,
    Un cousin du hibou volant dans les ténèbres,
    De mon propre cadavre, il ferait des lambeaux.»

    Ses augustes parents l’ont vainement instruit ;
    Mais d’un tel descendant, ils n’ont que des ennuis,
    Le destin, semble-t-il, leur a fait une farce.

    De l’ambicamembert, s’il voulait un quartier,
    Rien ne lui donnerait l’ambirenarde, garce
    Qui, sans tergiverser, le mange tout entier.

Rédiger un commentaire

Émile NELLIGAN

Portait de Émile NELLIGAN

Émile Nelligan (24 décembre 1879 à Montréal – 18 novembre 1941 à Montréal) est un poète canadien (québécois). Disciple du symbolisme, il a été profondément influencé par Octave Crémazie, Louis Fréchette, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Georges Rodenbach, Maurice Rollinat et Edgar Allan Poe. Parmi les... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS