Poème 'Construction' de Odilon-Jean PÉRIER dans 'Notre mère la ville'

Construction

Odilon-Jean PÉRIER
Recueil : "Notre mère la ville"

Sortons. J’ai entendu des Dryades profondes,
Lamentantes redire aux hommes de l’été
(Comme de grandes eaux amoureuses qui grondent)
Quel amour il faudrait à leur avidité.

Est-ce vous sur ce banc ma Muse vagabonde,
Coudes au corps, les mains ouvertes, l’air brisé ?
Je garde aux dents le goût de vos fourrures blondes,
Je me noue à vos bras, lierre, dieu naufragé.

Bruxelles réjouit d’un amour tendre et terne
Ses faubourgs bourdonnants ainsi que des citernes.
Moi je me crée une Ève avec solennité.

Cette épouse est debout et mes lampes s’enflamment !
Viens, toi que forme seule entre toutes les femmes
L’équilibre sans fin d’un poème achevé.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS