Poème 'Le deuil du moulin' de Gaston COUTÉ

Le deuil du moulin

Gaston COUTÉ

Le vieux meunier dort, au fond d’un cercueil
De chêne et de plomb, sous six pieds de terre,
Et, dans le val plein d’ombre et de mystère,
Le moulin repose en signe de deuil.

La nuit a drapé ses murs de longs voiles
Crêpes aux plis noirs et silencieux,
Et sur le velours funèbre des cieux
Roulent des pleurs d’or tombés des étoiles.

La voix du vent dit, dans les roseaux roux,
Un hymne au bon Dieu pour la paix de l’âme
Du défunt, et l’onde égrène sa gamme,
Lente comme un glas, sur de gros cailloux.

Les saules ont mis leurs branches en berne
Au bord du ruisseau, dans l’obscurité,
Et le sentier même est comme attristé
Par l’air douloureux et lourd qui le cerne.

Et le vieux moulin, le pauvre moulin
Dont le maître est mort un matin d’automne,
Gît parmi les champs, sous la lune atone,
Seul et délaissé comme un orphelin.

Poème préféré des membres

guillaumePrevel a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. très joli très triste

  2. Cimetière de village
    ------------------

    Terre posée sur les cercueils,
    Ah, quelle sombre terre,
    Serait-ce un emblème du deuil,
    Un signe de mystère ?

    Nuages, navires sans voiles,
    Vaisseaux silencieux,
    En foule, vous passez aux cieux,
    Nous masquant les étoiles.

    Arbustes devenus broussailles,
    Dans cette obscurité,
    Vous semblez des gens attristés
    Venus aux funérailles.

  3. Moulin des oiseaux de sinople
    ---------------------------

    Au moulin de Perutz, on y vient pour ses peines ;
    Le meunier obéit aux démons punisseurs,
    Il sert également l’évêque meurtrisseur
    Et sa manufacture à la marche inhumaine.

    Du noble cavalier les espérances vaines
    N’ont jamais altéré sa première verdeur ;
    Il vivra pour son roi dans ses grandes ardeurs,
    Car un sang de héros circule dans ses veines.

    J’entends le vieux meunier qui parle à faible voix
    Pour guider vers l’Enfer le voleur aux abois ;
    Un ange cependant les regarde sans cesse.

    Chacun des deux rencontre un trépas différent ;
    Leurs destins sont obscurs, cet auteur préférant
    Que ne soit détrompée la petite princesse.

Rédiger un commentaire

Gaston COUTÉ

Portait de Gaston COUTÉ

Gaston Couté, né à Beaugency le 23 septembre 1880, mort à Paris 10e le 28 juin 1911, est un poète libertaire et chansonnier français. Gaston Couté est le fils d’un meunier. Avant le baccalauréat, il quitte l’école, qu’il détestait. Il est employé comme commis auxiliaire à la Recette générale des impôts... [Lire la suite]

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS