Poème 'La Dissolution du « Je » Littéraire' de JacquesAADLOV-DEVERS

Accueil > Les membres > Page de poésie de JacquesAADLOV-DEVERS > La Dissolution du « Je » Littéraire

La Dissolution du « Je » Littéraire

JacquesAADLOV-DEVERS

Je m’appelle
Tu t’appelles
Il s’appelle
Accrochés au plafond de l’Univers
A genoux
Regardant les étoiles lointaines
Chaque soir on s’appelle !
Et l’écho nous…
Réponds
A chacun de nous ( !)

Au milieu il y a
Une Grande Échelle
Qui monte à l’envers
Qui descends
Dans un trou…
Et plus on s’appelle
« Je m’appelle, Tu t’appelles »
Plus on descend
(Dans le noir absolu…)

On en fiers !
On est forts et brillants…
Quelle misère…
Pleins de « Je » et de « Moi »
Pleins de « Nous »
Tous ces importants (et vides)
Qui s’appellent
Dont « Je » suis (pourtant…)
Le plus Beau, le plus Fou !

Inconnu
Parmi nous, en silence, Dieu espère
Qu’un instant (quelqu’un) puisse l’avoir
Aperçu…

Au lointain les étoiles, elles m’appellent, m’appellent…
Poussière pensante (dont l’âme s’est perdue)
Et « Je » reste, encore, accroché à l’Échelle
Descendu fièrement (même à genoux…)
Car « Je » suis !
Et Ma Voix, (si forte…)
Elle appelle
Vers les cieux, si lointains – que je peux,
Etincelle
Les tenir dans ma main…
A l’instant (si « Je » veux !)

Car ce « Je » (dissolu…)
Encore chante et appelle !
Seulement ces étoiles
Dansant dans ses yeux –
Rêveur envoûté…Sphinx solitaire,
(Ces Derviches Tournant autour des voyelles)
Dans un silence si beau, absolu …

Il vole ou il tombe ?
Est-ce le Temps, est-ce le Tout… ?
Si lointain maintenant
Du bout de l’Échelle
(Des ces « dieux » silencieux, cachés parmi nous
De ces « Je » orgueilleux et leur triste ribambelle)

Lui Il chante encore…
Son Amour éperdu
Et sa larme raisonne
D’une musique éternelle

La plus belle… (Que mon âme)
N’ait jamais entendu…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

JacquesAADLOV-DEVERS

Image de JacquesAADLOV-DEVERS

Nom : AADLOV-DEVERS

Prénom : Jacques

Naissance : 01/01/0001

Présentation : Je viens un peu de Jacques Prévert car Jacques aussi c'est mon prénom, le reste, mon oiseau, à l'envers, n'a pas de plumes ni "cage-au" volant autour de l'Univers, sous le toit...

Accéder à sa page de poésie

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS