Poème 'Le Lion devenu vieux' de Jean de LA FONTAINE dans 'Les Fables'

Le Lion devenu vieux

Jean de LA FONTAINE
Recueil : "Les Fables"

Le Lion, terreur des forêts,
Chargé d’ans et pleurant son antique prouesse,
Fut enfin attaqué par ses propres sujets,
Devenus forts par sa faiblesse.
Le Cheval s’approchant lui donne un coup de pied ;
Le Loup un coup de dent, le Boeuf un coup de corne.
Le malheureux Lion, languissant, triste, et morne,
Peut a peine rugir, par l’âge estropié.
Il attend son destin, sans faire aucunes plaintes ;
Quand voyant l’Ane même à son antre accourir :
« Ah ! c’est trop, lui dit-il ; je voulais bien mourir ;
Mais c’est mourir deux fois que souffrir tes atteintes. « 

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dominus Lupus
    ----------

    Son vaste territoire est en déliquescence,
    Car ce loup vieillissant n’est qu’un faible seigneur ;
    Il se souvient d’avoir connu des jours meilleurs,
    Lui qui est de très noble et d’auguste naissance.

    Il ne prend même plus soin de son apparence,
    « Tout le monde s’en fout », dit-il avec candeur ;
    De royaux ornements il n’est plus demandeur,
    Vis-à-vis de lui-même il est en déshérence.

    Mais moi je l’aime bien, le seigneur de ces lieux,
    Car il n’a rien perdu de sa grâce à mes yeux ;
    Puis, toujours il nous sort ses amusantes brèves.

    Qu’importe la splendeur, qu’importe le pouvoir,
    Sirènes du triomphe, allez vous faire voir ;
    Nous en eûmes assez, tout cela n’est qu’un rêve.

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS